lundi 17 février 2003 à 00:13 par

Alexandre Delperier

Alexandre Delpérier est l’animateur de Star Six, chaque matin, sur M6. Il est également le journaliste sportif attitré de RMC Info, radio sur laquelle il présente chaque soir la tranche 21h/23h
A la télévision, il y a ceux qui patinent depuis des années, et ceux qui avancent, à leurs risques et périls, avec le souci de durer le plus longtemps possible. Alexandre Delpérier fait certainement partie de la deuxième famille. Il a laissé sa casquette d’animateur de Vidéo Gag pour tenter l’aventure M6. Ce véritable marathonien du métier, avec trois heures de direct par jour (une à l’écran, deux à la radio), m’a reçu, entre deux émissions, pour « causer » télé. Entretien.

Alexandre Delperier
©M6 - Ferrer 

Joseph Agostini : Quelle fut la genèse de votre parcours ?

Alexandre Delperier : J’ai commencé sur Antenne 2, en 1989, en décrochant un stage d’observation au service des sports, grâce à Sophie Davant ! Je n’ai pas fait d’école de journalisme et ai appris sur le tas. Mes premières prestations à l’antenne étaient catastrophiques ! Par la suite, La 2 a pensé à moi pour animer des émissions pour la jeunesse, puis une séquence d’humour, intitulée Tout tout rire. C’est alors que TF1 m’a remarqué et proposé Des copains en or, puis Vidéo Gags, en duo avec Bernard Montiel.

Présentateur des flashs infos de Chérie FM et de NRJ pendant huit ans, ne vous sentez-vous pas davantage journaliste qu’animateur de divertissement ?

Initialement, je suis journaliste sportif. Je n’ai jamais vraiment abandonné cette première vocation. Mon émission quotidienne sur RMC Info, DKP Sport, me permet d’exercer ce métier plus que jamais, sous un angle festif et sérieux à la fois. C’est un mélange de jeux, de débats, de déconnade, autour du sport. Franchement, je n’aime pas les étiquettes. Je sais bien qu’on ne me proposera plus d’animer un JT. Pourtant, je me sens parfaitement capable de relever le défi ! Cela dit, j’aime tout autant animer des émissions légères, qui ne se prennent pas au sérieux. Je ne regrette absolument rien de ce que j’ai fait et revendique une certaine polyvalence.

Peut-on survivre à Vidéo Gag ?

Sincèrement, Vidéo Gag peut être un engrenage si on ne sait pas s’arrêter à temps. Quand j’ai senti qu’on ne me proposait plus rien parce que j’avais accepté d’animer cette émission, j’ai délibérément choisi de quitter le navire. Personnellement, je ne vois pas le problème ! Les séquences de Vidéo Gag me font rire ! C’est une émission populaire, qui fait des parts de marché colossales. Simplement, c’est facile de casser ce genre de programmes et les animateurs qui les représentent ! Philippe Risoli et d’autres en pâtissent sévèrement.

Mission : un million, le jeu que vous avez animé à votre arrivée sur M6, a connu dix numéros seulement. Que s’est-il passé ?

Ce jeu a été victime d’une mauvaise organisation. Il n’y avait pas de suspense, pas d’argent, et la mécanique était soporifique. Comment voulez-vous résister à la concurrence de 19 heures avec une émission pareille ? Quand je vois la version américaine, je me dis qu’on aurait vraiment pu réussir avec la même idée, plus construite, plus peaufinée. Le jeu a vécu deux semaines, et s’est arrêté alors que nous étions en plein tournage ! Heureusement, M6 m’a immédiatement témoigné sa confiance, et proposé l’animation de Qui décide ?, un programme court hebdomadaire.

Page 1 sur 2 SUIVANT 

- Star Six : les lundis, mardis, jeudis, vendredis à 10h45 et le dimanche à 8h25 sur M6
- DKP Sport : du lundi au vendredi à 21h00 sur RMC Info



M6   DIVERTISSEMENT  




comments powered by Disqus
 On vous recommande
 Dans l'actu

Equipe - Publicité - Recrutement - Contact - Mentions légales - Affichez les news TV sur votre site

Audiences TV : Médiamat-Médiamétrie - tous droits réservés Médiamétrie | Hébergement : Oxeva

©Toutelatele.com - tous droits réservés - 1998/2017