samedi 18 mai 2013 à 14:59 par

Amandine Bourgeois (Eurovision 2013) : « Avec L’enfer et moi, je ne triche pas »

Grande gagnante de l’édition 2008 de Nouvelle Star, Amandine Bourgeois a été retenue pour représenter la France au Concours Eurovision de la chanson 2013. Elle défendra les couleurs de l’hexagone ce 18 mai à Malmö (Suède) avec le titre rock « L’Enfer et moi ». Rendez-vous avec une artiste qui assume son univers décalé au regard de l’événement.

Amandine Bourgeois (Eurovision 2013) : « Avec L’enfer et moi, je ne triche pas »
©Delphine Ghosarossian / FTV 

Sébastien Barké : Vous intéressez-vous à l’Eurovision en temps normal ?

Amandine Bourgeois : Non (rires) ! Ça ne veut pas dire pour autant que je ne sais pas ce que c’est. J’ai grandi dans une famille de babas cool. Ceux qu’on peut qualifier aujourd’hui de « bobos ». Ma mère écoute France Inter, mon père est branché France Culture, mon beau-père est fan de jazz… Tout ça pour dire que tous les éléments étaient réunis pour que je ne m’y intéresse pas. Moi, quand on me parlait d’Eurovision jusqu’à présent, ça m’évoquait un concours du style Miss France.

L’Eurovision est-il un concours kitsch à vos yeux ?

Non, pas du tout. Il suffit pour s’en convaincre de regarder Lordi, ce groupe de rock-métal finlandais qui a gagné en 2006. Même Sébastien Tellier a représenté la France. J’ai adoré sa prestation. Sans oublier les participations de France Gall, Céline Dion… Ça n’a pas empêché ces artistes de faire de grandes carrières.

Quelle a été votre réaction quand on vous a proposé de défendre les couleurs de la France ?

J’ai dit non. Mais mon manager m’a demandé de reconsidérer cette offre et de chasser mes a priori. Il m’a poussé à faire quelques recherches sur le sujet. J’ai donc appelé mes copines, et on s’est organisé une soirée Eurovision. On a regardé tout un tas de vidéos, de 1957 jusqu’à aujourd’hui. Et on s’est bien marré ! On a pris autant de plaisir à nous moquer que de savourer aussi certains grands moments qui nous ont collé des frissons. C’est là que j’ai réalisé que cet événement avait un côté rassembleur, comme la coupe du monde de foot par exemple. J’ai compris que j’étais passée à côté de quelque chose d’énorme. Moi qui suis chanteuse, je ne connaissais pas ce rendez-vous prestigieux. J’aurais été complètement snob de ne pas vouloir y participer. Ça offre une visibilité énorme à un artiste. Tout le monde rêve d’être vu par autant de gens !

« L’Eurovision m’évoquait un concours du style Miss France »

On ne vous attendait pas forcément là…

Peut-être, mais la chanson que je propose est cohérente avec mon univers. Bien sûr que j’ai été étonnée de voir mon titre sélectionné ! Je pensais que pour prendre part à l’Eurovision, il fallait correspondre à un style bien précis. Mais en fait, je me trompais.

Comment appréhendez-vous votre participation ?

Je suis heureuse de vivre cette aventure, parce que c’est vraiment une grosse machine. Le trac monte tout doucement. Rien de plus normal. Je vais essayer de transformer ce stress en quelque chose de positif, pour donner le meilleur de moi. Je dois prendre du plaisir à Malmö et ainsi j’arriverais à en communiquer aux téléspectateurs.

Partie 2 > Ses chances de gagner l’Eurovision

Page 1 sur 3 SUIVANT 

- Eurovision 2013, samedi 13 mai à 21 heures sur France 3


FRANCE 3   DIVERTISSEMENT   EUROVISION  




comments powered by Disqus
 Le Buzz Toutelatele
 On vous recommande
 Dans l'actu

Equipe - Publicité - Recrutement - Contact - Mentions légales

Audiences TV : Médiamat-Médiamétrie - tous droits réservés Médiamétrie | Hébergement : Oxeva

©Toutelatele.com - tous droits réservés - 1998/2018