dimanche 28 août 2011 à 17:19 par

De Coeur Ocean à Chante, l’homosexualité à travers les séries pour ados

De Coeur Ocean à Chante, l’homosexualité à travers les séries pour ados
©F2/DR 

Les séries sont les miroirs de la vie, a ainsi écrit Martin Winckler à propos des fictions américaines. Cette phrase apparaît souvent moins comme une vérité lorsqu’il est question de la télévision française, tant ses séries semblent avoir du mal à ressembler à ceux qui les regardent. Notamment quand il s’agit de représenter l’homosexualité à l’écran. Les rares à oser le faire, actuellement, sont Plus belle la vie (France 3) et les séries adolescentes à succès de France 2, Chante ! et Cœur Océan. Des fictions grand public et populaires donc, mais pour quel genre de représentation ?

« L’idée est de rendre les personnages plus complexes pour se rapprocher des séries américaines dont se nourrissent les téléspectateurs. Cette saison parle d’amour sous toutes ses facettes », a déclaré Caroline Pierce, conseillère des programmes de France 2, à propos de Cœur Océan, dans les colonnes du Parisien. Tandis que le producteur de Chante !, Philippe Alessandri, annonce traiter de « l’homosexualité, en montrant comment nos protagonistes n’ont plus à se cacher. »

Aux États-Unis, la communauté LGBT (Lesbian, Gay, Bisexual and Transgendered people) dit que les choses s’améliorent. Depuis quelques saisons, les séries américaines, notamment celles destinées à un public adolescent (Glee, Pretty Little Liars, Skins US...), multiplient la création de personnages gays et lesbiens. Ce que certains appellent une mode, n’est rien de moins que l’évolution d’une société, choisissant de donner une visibilité aux homosexuels. Ce changement est aussi à mettre en corrélation avec le nombre important de suicides chez les adolescents homosexuels, victimes de persécutions. Un problème de société, qui a eu un retentissement important l’été dernier, devenant cause nationale (déclarations de Barack Obama et Hillary Clinton, notamment). Et en France, croit-on à l’éducation par l’image ?

« Il y a beaucoup plus de sexe, d’histoires d’amour aussi bien hétéros que lesbiennes. L’homosexualité est abordée de manière décomplexée » annonçait la comédienne Priscilla Betti dans Public, au début de l’été. Et en effet, dès le début de la quatrième saison (et dernière puisque la série a été annulée), les téléspectateurs de Chante ! ont pu voir deux jeunes femmes, déjà en couple, s’embrasser à l’écran. Un pas en avant donc. Cependant, l’épisode en question montre la fin d’une relation. L’une est lesbienne (Noémie, jouée par Joy Esther), l’autre est bisexuelle (Lou, interprétée par Alexandra Dutilleux), et avant même que le public n’ait vraiment le temps d’assimiler que les deux femmes sont ensemble, la seconde a un rapport sexuel avec un homme. L’audace s’efface aussi vite que le personnage retrouve la norme hétérosexuelle. Certes, Chante ! privilégie les histoires professionnelles de ces danseurs en quête de réussite, mais on peut s’étonner que la relation en question soit classée sans suite. Quant à la sexualité de Noémie, elle ne sera plus abordée... En vérité, il faut attendre l’épisode 20 (« Trois, deux, un... zéro ? ») pour que l’histoire réapparaisse, toujours à travers le point de vue de Lou, avec les prémisses d’un impertinent triolisme, mais pour une conclusion identique.


Isolée de la narration, cette scène de triolisme (fantasme rêvé par Lou) peut évoquer la fameuse séquence partagée entre Clara, JP et Gilles dans Clara Sheller (fiction qui a révolutionné la représentation de la sexualité à la télévision française en 2005). Notons qu’à la différence des séries « plus adultes », celles destinées aux adolescents semblent préférer la représentation de l’homosexualité féminine à celle de l’homosexualité masculine. En effet, le personnage gay est, en général, plus souvent représenté (Une Famille formidable, Avocats & Associés, La vie devant nous) que le personnage lesbien. Ainsi, depuis JP et Gilles, Plus belle la vie a, notamment, installé durablement le personnage de Thomas Marci (Laurent Kerusoré) et un gay, Kévin (Nicolas Gob), a intégré les forces de police (Les Bleus, M6).

Du côté de Cœur Océan, la saison 5 intègre un personnage gay, Mika (Laurent Marion). Mais, celui-ci reste très secondaire. Dans les premiers épisodes, l’homosexualité apparaît comme un simple élément alimentant le jeu amoureux hétérosexuel (utiliser son meilleur ami gay pour se protéger de celui dont est réellement amoureuse. Faire croire que l’on est homosexuel plutôt que d’avouer ses sentiments). Cependant, la saison précédente abordait plus frontalement le sujet avec le personnage de Manon (Jeanne Favre). La jeune femme, ouvertement saphiste, vivait une relation amoureuse avec une des héroïnes, Daphné (Caroline Guérin). L’histoire est suffisamment développée pour être intéressante et attachante, bien qu’elle ne soit jamais épanouie. Car cette relation est liée au trouble identitaire de Daphné, qui la quittera pour retourner avec un homme. Le personnage de la lesbienne disparaît avant la fin de la saison.

Pourtant, même si Cœur Océan a cette spécificité de changer une partie de ses personnages selon les saisons, il a, un temps, été question de faire revenir Manon au cours de cette saison 5, sans que cela ne se fasse. « On avait proposé des choses avec Manon. Parce qu’on aimait bien le personnage et l’actrice, Jeanne Favre, aussi. Mais cela nous a été refusé. Je ne peux pas vraiment dire pourquoi, mais la chaîne n’était pas intéressée », a confié Iris Ducorps à Toutelatele.com.

Puis, la scénariste a émis un début de réponse, en expliquant que France 2 avait recours à des études sur la réception. Ainsi, la chaîne adapterait ses demandes auprès des scénaristes aussi en fonction de ces résultats. Et concernant la saison 4 de Cœur Océan, certaines histoires ont plu, d’autres moins. Notamment, l’histoire d’amour entre Manon et Daphné, qui « n’a pas été très bien reçue chez le public plus âgé ». Ce propos s’est, en effet, illustré sur le forum consacré à la série, sur le site de France 2, avec la publication d’un sujet intitulé : « Une histoire homosexuelle dans Cœur Océan ? Mais quelle indignation !!! » Une mère de famille y explique son mécontentement après avoir vu les personnages féminins s’embrasser, considérant que l’homosexualité (« une histoire lesbienne ») n’a pas sa place dans une série destinée aux « enfants et aux jeunes adolescents ». Dans Cœur Océan, la sexualité est centrale puisqu’elle raconte les émois amoureux d’un groupe d’adolescents à la plage. Mais si un début de coït entre deux adolescents hétérosexuels (saison 5 épisode 12) est permis, la représentation de l’homosexualité - sa banalisation - est difficilement acceptée.


On pourrait alors parler de la case de diffusion de ces séries adolescentes, qui serait liée à leur contenu. Que peut-on dire et/ou ne pas montrer dans une série diffusée le matin, entre 10 heures et 11 heures, par rapport à une diffusion en prime time ? En comparaison, il est vrai que ces teen-series américaines et britanniques, si populaires, sont programmées en soirée. Mais, il est clair qu’en France, quelque soit l’heure de la journée, les chaînes font des programmes pour la fameuse ménagère (Cœur Océan marche très bien sur cette cible, ainsi qu’auprès des 25/35 ans), qu’il ne faudrait pas froisser. De plus, au regard de ce qu’elles montrent, les fictions françaises de prime time et d’access sont toutes aussi timides, sinon plus.

Ainsi, la série familiale de prime time, Fais pas ci, fais pas ça, a également traité de l’homosexualité féminine à travers un personnage d’adolescente, dans un épisode de la saison 3, intitulé « Aimez-vous Chopin ? », et diffusé en décembre 2010 sur France 2. Les Lepic y tentaient de gérer de l’homosexualité présumée de leur fille (un furtif baiser était surpris) et décidaient de se rendre dans un bar lesbien pour rencontrer ces « personnes ». En une minute, les scénaristes livraient aux téléspectateurs un « cours » sur la culture lesbienne avec une présentation express de la « butch », la « fem » et de la « gouine à mèche »... On parlait alors de looks, non de sexualité. Le tout était traité avec humour mais le sujet ne dépassera pas 52 minutes. Car dans un happy end, qui sonnait comme un soulagement pour les personnages et pour certains téléspectateurs, soyons-en sûr, Solinne n’est pas lesbienne.

Enfin, la production de Scènes de ménages (M6) a récemment renoncé à intégrer un couple homosexuel dans la fiction, justifiant cette décision en disant que ce couple ne présenterait pas de problématique différente d’un couple hétérosexuel (Télé 7 jours). Dans ces conditions, la représentation de l’homosexualité dans les séries françaises semble, à n’en pas douter, une possibilité qui reste des plus théoriques...

- Mise à jour [Novembre 2012] : La scénariste de Coeur océan Jennifer Have a avoué au magazine Preview, qu’en plus de la chaîne, la comédienne Caroline Guérin a fait « volt-face » et ne voulait « plus jouer CA ». Entre la pression de cette dernière et celle du diffuseur, l’histoire a été modifiée et la relation entre les personnages de Daphné et Manon est devenue pathogène.



  A LIRE AUSSI  

FRANCE 2   SERIES TV   COEUR OCEAN   CHANTE  









LE BUZZ TOUTELATELE


AUDIENCES TV PRIME TIME


Audiences TV prime (jeudi 17 octobre 2019) : Olivia démarre timidement, déceptions pour La meilleure offre et Vous avez la parole

AUDIENCES TV ACCESS


Audiences TV access (jeudi 17 octobre 2019) : Quotidien règne sur les talks, L’info du vrai bat un record, NOPLP talonne DNA


INTERVIEW


Stéphane Plaza (La meilleure offre) : « Avec Julien Courbet, j’ai appris qu’il n’y avait pas que des gens maladroits dans la vie »

ON VOUS RECOMMANDE





Equipe - Publicité - Recrutement - Contact - Mentions légales

Audiences TV : Médiamat-Médiamétrie - tous droits réservés Médiamétrie | Hébergement : Oxeva

©Toutelatele.com - tous droits réservés - 1998/2019