INTERVIEW
vendredi 3 février 2012 à 13:22 par

Explô > Laurent Bignolas, un journaliste qui aime le grand air

Depuis la rentrée, Laurent Bignolas est aux commandes d’Explô, diffusée chaque mardi à 20h35, sur France Ô. Le journaliste expose l’ambition de ce magazine de découvertes et partages. Il parle également de sa participation à Thalassa et de ses départs de Faut pas rêver et du 19/20...

Explô > Laurent Bignolas, un journaliste qui aime le grand air
©Nathalie GUYON / FTV 

Claire Varin : Pouvez-vous nous parler du concept d’Explô ?

Laurent Bignolas  : Explô est une sorte de tribune. La France a des tentacules un peu partout dans le monde et nous sommes sans doute un des pays qui a le plus de voisins, grâce aux outremers. France Ô se veut être la fenêtre du temps qui passe, du monde qui tourne et qui prend la mesure de l’évolution de la société. L’émission permet d’ouvrir pour le téléspectateur non plus une lucarne, mais une baie vitrée sur le monde.

L’émission met en avant le gout de la jeunesse pour l’échange et le voyage. Est-il important pour vous de montrer cette jeunesse ?

Après dix de tour du monde, on s’aperçoit qu’on n’est pas seul, fort heureusement. On s’aperçoit qu’il y a des générations derrière qui arrivent et pour lesquels durant des années je n’ai rien pu faire, parce que le documentaire -ou la télévision- c’est un monde soi-disant très ouvert, mais qui est en réalité très fermé. Aujourd’hui, je veux dire le contraire, c’est-à-dire que l’on n’est pas seul à avoir envie de rencontres et de partages. Il y a pas que les journalistes et les humanitaires qui vont au bout du monde. Il y a des gens qui le font parce qu’ils ont simplement envie d’ailleurs. Ils sont de plus en plus nombreux à prendre leur bâton non pas de pèlerins, ni d’aventuriers, mais d’humanistes, avec leur propre naïveté et leur propre curiosité. Et ils m’intéressent. J’ai envie qu’on les aide à partager leurs émotions et leurs découvertes. C’est une nouvelle écriture et une nouvelle façon de raconter le monde.

Aimeriez-vous faire plus de terrain pour Explô  ?

Nous sommes sur une chaîne qui a sans doute moins de moyens que beaucoup d’autres. C’est la dernière née du groupe France Télévisions, son coût de grille est de 28 millions d’euros. À côté de 800 millions de France 2, ce n’est rien. Ce n’est pas pour autant qu’elle ne doit pas exister. Mais il faut être raisonnable. C’est comme si je disais bon sur les 28 millions, j’en prends la moitié rien que pour Explô. Ça serait ça aller au bout du monde. Aujourd’hui, le plus important est d’installer le programme, de montrer qu’on est là. Après on verra. Bien sûr, j’ai toujours envie d’aller galoper dans les dunes ou de prendre un bateau pour travers l’Atlantique, mais il faut savoir pour qui l’on travaille. Nous sommes d’abord une chaîne publique au service d’une idée.

Pouvez-vous évoquer quelques-unes des prochaines destinations d’Explô  ?

La première semaine de février, nous irons en Nouvelle-Calédonie avec le champion du monde de football, Christian Karembeu. Puis, nous aurons un très beau reportage sur le Vietnam. J’ai une relation particulière avec ce pays que j’adore. Tout comme Madagascar, où je suis allé tourner de multiple fois. Là, nous aurons un magnifique reportage de 52 minutes sur l’arbre Baobab. Ces arbres sont menacés, mais on verra qu’il y a des gens qui ne font pas n’importe quoi et qui travaillent à leur préservation.

La question de l’écologie est-elle importante pour l’émission ?

Au 21e siècle, on ne peut plus dissocier l’homme du territoire. À Explô, on essaie d’écouter, c’est aussi pour cela que l’on va vers ses jeunes aventuriers. On ne peut pas ne pas être à l’écouter de la génération qui arrive derrière, c’est à elle qu’appartient le monde. Mais on ne peut pas rester sur un état des lieux. Il faut continuer d’alerter les uns et les autres.

Page 1 sur 2 SUIVANT 

- Explô, tous les mardis à 20h35 sur France Ô
- Thalassa, 3 vendredis sur 4 à 20h35 sur France 3




  
 


comments powered by Disqus
 Dans l'actu
 On vous recommande