mercredi 29 mai 2013 à 18:01 par

Gérard Louvin (Touche pas à mon poste) : « J’ai essayé de faire venir Cyril Hanouna sur TF1 »

Monstre sacré des variétés, Gérard Louvin a fait le pari audacieux de rejoindre la bande de Touche pas à mon poste sur D8. Loin des Sacrée Soirée, Sans aucun doute ou Les années tubes, l’ancien producteur privilégié de TF1 donne un nouveau virage à sa carrière. En quelques mois, le spécialiste du spectacle et de la télévision est devenu l’une des figures du divertissement porté par Cyril Hanouna. A l’approche de l’été, il dresse pour Toutelatele le bilan de cette expérience.

Gérard Louvin (Touche pas à mon poste) : « J’ai essayé de faire venir Cyril Hanouna sur TF1 »
©Capture D8 

Robin Girard-Kromas : Vous avez rejoint la bande de Touche pas à mon poste en octobre dernier. Quel bilan pouvez-vous dresser aujourd’hui ?

Gérard Louvin : Au départ, Cyril m’avait demandé de les rejoindre, mais ce n’était pas mon métier. Je ne réalisais pas vraiment tout le travail que ça représentait. Et je ne savais pas trop ce que j’allais y faire. J’ai mis entre trois semaines et un mois à trouver ma place. À partir de ce moment là, je me suis vraiment amusé. C’est une belle bande. L’émission fonctionne, car c’est vraiment un groupe d’amis qui discutent de la télé. Le bilan est très positif.

Pourquoi avoir accepté la proposition de Cyril Hanouna de rejoindre l’émission ?

Je n’ai pas hésité, car je suis Cyril de près depuis presque 5 ans. Même avant Touche pas à mon poste, on s’appelait assez souvent. Quand il a hésité pour D8, il m’en a parlé et j’ai essayé de le faire venir sur TF1 pour qu’il aille au moins chez TMC. Mais quand j’en ai parlé à TF1, ils n’ont pas voulu. C’est presque ce qui a décidé mon départ de la chaîne : je devais faire seulement un an de conseil et j’en étais déjà à trois. À un moment, je me suis dit qu’on avait déjà mis plein de choses en place et que je commençais un peu à m’ennuyer. J’ai fait beaucoup de choses dans ma carrière et maintenant j’ai envie de m’amuser. Et j’ai trouvé comment faire avec Touche pas à mon poste.

Connaissiez-vous l’émission avant de la rejoindre ?

Je ne la regardais pas régulièrement. Je connaissais l’émission, le principe et surtout le bonhomme. Des gens comme Cyril, il y en a très peu. Animateur, ça vient du mot âme. Il en faut, ainsi que des talents pour l’animation. Arthur, Dechavanne quand il avait 30 ans... ils sont très peu à faire ce boulot. Mon métier, c’était de regarder tous ces gens et de les repérer. J’étais sûr que Cyril cartonnerait. Il m’épate tous les jours, et pourtant il en faut pas mal pour m’épater ! (rires) Il a une culture du populaire assez incroyable.

N’avez-vous pas craint, en tant que producteur, de donner votre opinion sur des concurrents ou des chaînes avec lesquelles vous avez pu travailler ?

C’est pour cela que j’ai eu un peu de mal au départ, il fallait que je me détache de 20 ans passés chez TF1. C’est comme habiter 20 ans avec quelqu’un et partir, ou comme quitter ses parents ! A chaque fois que je disais quelque chose, je m’imaginais les gens de la chaine en train de me regarder. Une fois que j’ai réussi à me détacher de ça, ça a été beaucoup mieux. Aujourd’hui, je suis capable de dire que quelque chose ne me plait pas à TF1.

Vos anciens employeurs ne vous ont-ils jamais fait de remarques à propos de vos interventions dans l’émission ?

Non, jamais ! Au départ, ils se moquaient un peu de moi, car on faisait 300 000 téléspectateurs et je recevais des texto type « Accident industriel ! Qu’est-ce que tu es allé faire là bas, tu vas regretter  ». Mais j’étais sur de pas avoir fait de connerie car je sentais que ça allait décoller. Il y avait tous les éléments pour.

« Cyril Hanouna a une culture du populaire assez incroyable »

Vous ne produisez pas Touche pas à mon poste : donnez-vous des conseils à ce sujet à Cyril Hanouna et ses équipes ?

On se voit tous les jours donc bien sûr que j’essaye d’aider un peu. Déjà, avec les invités de TF1, car ce n’était pas encore vraiment réglé. On se parle, ils me demandent des choses de temps en temps, mais je ne suis pas non plus derrière leurs basques ! Je les faisais rire au début, car quand j’étais sur le plateau, j’avais l’œil de producteur à voir tout ce qui n’allait pas. Mais j’ai réussi à m’en détacher à présent.

Au fil des mois, vous vous êtes prêté plus facilement aux divers « happenings » de l’émission. Comment décririez-vous cette évolution ?

Je ne suis pas un clown. Il y a des choses que je refuse de faire. Je veux bien qu’on me piège, mais je ne souhaite pas préparer un numéro en me maquillant comme un comique ou un humoriste. Mais si on me demande en direct de mettre une perruque, je peux le faire, si j’en ai envie. Ca aussi il m’a fallu un peu de temps... Et je me surveille, car j’ai un peu tendance à dire trop ce que je pense. Je ne veux pas être blessant, car je me suis aperçu que nous étions énormément regardés par le métier. Je connais la difficulté de faire ce travail et je ne veux pas écharper les gens. Les cons, ça ne me gêne pas, mais ceux qui se ratent une fois, je n’ai pas envie de les blesser.

Partie 2 > Son avis sur les variétés et les télé-crochets

Page 1 sur 3 SUIVANT 


  A LIRE AUSSI  

C8   DIVERTISSEMENT   TOUCHE PAS A MON POSTE !  








comments powered by Disqus

LE BUZZ TOUTELATELE


AUDIENCES TV PRIME TIME


AUDIENCES TV ACCESS


INTERVIEW

ON VOUS RECOMMANDE





Equipe - Publicité - Recrutement - Contact - Mentions légales

Audiences TV : Médiamat-Médiamétrie - tous droits réservés Médiamétrie | Hébergement : Oxeva

©Toutelatele.com - tous droits réservés - 1998/2019