L'ENCYCLOPEDIE DES SERIES TV
INQUISITIO
©Septembre Productions  

INQUISITIO

Mini-série de 8 épisodes
1e diffusion : 4 juillet 2012 sur France 2

Créateurs : Nicolas Cuche & Lionel Pasquier
Distribution : Vladislav Galard (Barnal), Aurélien Wiik (Samuel de Naples), Annelise Hesme (Madeleine), Hubert Saint-Macary (David de Naples), Olivier Rabourdin (le Recteur de Turennes), Anne Brochet (Catherine de Sienne), Philippe Duclos (le rabbin de Milhaud), Philippe Laudenbach (Arnavi), Lula Cotton-Frapier (Aurore)...

Synopsis
Guide
des épisodes
Photos
Actualité
Communauté

Dans une période troublée par une guerre papale. Clément VII et Urbain VI se disputent l’autorité de l’Église catholique, l’un à Avignon et l’autre à Rome. Au milieu de ce conflit, deux personnages s’affrontent sur les convictions : Barnal, le Grand Inquisiteur et Samuel, un jeune médecin juif. Entre les luttes de pouvoir et les complots, un autre fléau menace : la peste.

Anecdotes

- La série a été tournée dans des décors naturels dans la région d’Avignon (notamment dans le Palais des Papes) et de Carpentras, entre avril et août 2011.

- Le film Le nom de la rose (1986) de Jean-Jacques Annaud, d’après le roman d’Umberto Eco, a été la référence principale du producteur, Jean Nainchrik et du réalisateur, Nicolas Cuche.

- Le développement de cette mini-série a duré quatre ans, dont trois ans d’écriture. Jean Nainchrik, le producteur, a expliqué qu’il y avait eu « une remise en question permanente ».

- Le budget de ce 8x52 minutes avoisine les 9.5 millions d’euros.

- Déjà créateur de David Nolande et Le chasseur, Nicolas Cuche avoue une « vraie passion à faire une série télé ». Mais, Inquisitio, c’est d’abord « un coup de coeur pour des acteurs ». Le réalisateur s’est notamment battu pour que Vladislav Galard, comédien quasi inconnu, puisse jouer Barnal.

- Aurélien Wiik a d’abord passé le casting pour le rôle de Barnal, le Grand Inquisiteur, avant d’obtenir le rôle de Samuel.

Critiques

« Une saga à grand spectacle initiée et réalisée par Nicolas Cuche avec pour toile de fond le Grand Schisme. Les comédiens font ce qu’il faut, l’ensemble est crédible. »
TéléCâbleSat

« Dans l’ensemble, une vraie réussite visuelle. (...) On sent le désir de se mesurer aux sagas des Borgia, ainsi qu’au spectaculaire Game of Thrones qui fait un tabac. Mais sur le plan historique ou de l’action pure, Inquisitio n’a pas l’ampleur désirable. Ça se laisse regarder, mais on aurait aimé quelque chose de plus corsé  »
Les Inrocks

« Dès le premier épisode, la mise en scène léchée installe avec brio une ambiance à la limite du fantastique. »
TéléLoisirs

«  Pouvoir politique, action militaire, croyances, trahisons, tortures nourrissent un récit qui s’étend - mais ne s’étire pas - durant huit épisodes. Le défi n’était pas aisé. Il est gagné sur tous les fronts. Tant sur les personnages que sur l’intrigue. (...) Un projet ambitieux qui, tout en respectant les règles du genre, ne sombre ni dans le sentimentalisme ni dans la démonstration. Deux écueils dont Nicolas Cuche, par nature, a su se prémunir. Avec grâce.  »
Le Monde

« Voici la saga de l’été, soit un polar médiéval, entre « Le Nom de la rose » et « Les Piliers de la Terre », où s’affrontent l’obscurantisme et le progrès. Pas follement original, mais assez riche pour captiver. »
Télé7jours

« Menée de main de maître par Nicolas Cuche, (...) cette plongée médiévale allie reconstitution soignée, trame policière, complot, quête du pouvoir, sorcellerie, blessures d’enfance. Sans oublier un casting sans grande star mais qui donne sa chance à de jeunes talents, à commencer par Vladislav Galard, immense par sa taille (1,95 m) et sa présence quasi envoûtante dans le rôle de l’inquisiteur. »
Le Parisien

« Réalisation soignée, scénario correctement agencé, personnages bien campés et contexte historique intéressant. »
TéléStar

« Pour venir à bout de son thriller vaguement historique, on se dit très vite que Nicolas Cuche a dû revoir Le Nom de la rose. Oui, mais pas assez : l’esthétique d’Inquisitio évoque plus les clips mystico-brumeux d’Era […] que la fantaisie érudite du film de Jean-Jacques Annaud. La prouesse consistant à faire de chaque épisode une sorte de « best-of » du cliché moyenâgeux. L’ecclésiastique libidineux, le nain aux dents pourries, la sorcière rousse, les séances de tortures variées, les cohortes de pestiférés... Rien ne manque dans cette potion, plus indigeste que magique. »
Télérama

« Il faut reconnaître que, au fil des huit épisodes, le scénario concocté par Nicolas Cuche et Lionel Pasquier se révèle rudement efficace, servi par des acteurs talentueux. (...) Reste que, dans une fresque historique, on peut difficilement faire fi de la réalité de l’histoire. »
La Croix

Actualité

J.Morell/FTV J.Morell/FTV J.Morell/FTV J.Morell/FTV J.Morell/FTV J.Morell/FTV J.Morell/FTV J.Morell/FTV J.Morell/FTV J.Morell/FTV





Share


 SERIES TV
LES DERNIERES FICHES SERIES
Les Nouvelles aventures de Vidocq
Ce cher inspecteur
Ranch L
Baretta
Cheers
LE TOP 5 DES FICHES SERIES
La Loi est la loi
Chéri-Bibi
Aventures dans les îles
Châteauvallon
Zorro
ACTUELLEMENT A L'ANTENNE 
ABECEDAIRE 
V
comme

Equipe - Publicité - Recrutement - Contact - Mentions légales - Affichez les news TV sur votre site

Audiences TV : Médiamat-Médiamétrie - tous droits réservés Médiamétrie | Hébergement : Oxeva

©Toutelatele.com - tous droits réservés - 1998/2017