samedi 2 mai 2015 à 19:33 par

Mongeville, La vie devant elles, Un village français, Famille d’accueil... : Anne Holmes dévoile la stratégie fiction de France 3

Mongeville, La vie devant elles, Un village français, Famille d’accueil... : Anne Holmes dévoile la stratégie fiction de France 3
©Julien Knaub - FTV 

Guillaume Denis : Très contributive à l’audience de France 3, la fiction affiche une santé de fer, notamment le samedi soir où plusieurs téléfilms ont atteint 4 millions de téléspectateurs. Quel bilan dressez-vous en cette fin de saison ?

Anne Holmes : C’est un bilan très positif, aussi bien en terme d’image qu’en terme d’audience. On a essayé beaucoup de choses et proposé des fictions très diversifiées, entre le policier du samedi, la comédie du mardi ou les séries historiques comme Un village Français ou La vie devant elles. On se rend compte que sur tous les genres, on rencontre le public. On reste vigilants, mais on est content de ce bilan.

Si la fiction de France 3 réalise de belles audiences en prime time, elle continue d’attirer un public très âgé à l’exception de Plus belle la vie... Est-ce impossible de rassembler les moins de 50 ans devant vos fictions ?

On essaye toujours de rajeunir l’audience, mais on a des concurrences extrêmement violentes sur nos cases de fiction : le samedi, par exemple, nous sommes face à The Voice, qui attire les jeunes par nature. Après, quand on voit le nombre de tweets que nous avons eu sur La vie devant elles, ça montre tout de même un certain rajeunissement de l’audience. D’ailleurs, que ce soit le replay ou l’activité sur les réseaux sociaux, on évalue chaque projet aussi par rapport à ce qui se passe en dehors de l’écran TV.

Mongeville (Francis Perrin, 67 ans), Le Sang de la vigne (Pierre Arditi, 70 ans), Commissaire Magellan (Jacques Spiesser, 67 ans) : France 3 met presque uniquement en scène des personnages âgés dans les rôles-titres de ses fictions. La chaîne boude-t-elle des héros récurrents plus jeunes ?

Nous le faisons avec la collection Meurtres à .... Claire Borotra, Antoine Duléry, Rebecca Hampton, Bruno Wolkowitch, Héléna Noguerra, Stéphane Freiss... Par rapport à Louis la brocante, c’est quand même un certain rajeunissement ! (rires)

Véronique Genest, Corinne Touzet, Yves Rénier : ces dernières années, France 3 a proposé plusieurs téléfilms portés par des comédiens populaires autrefois sur TF1. Est-ce une volonté de la chaîne ?

Les téléspectateurs connaissent ces comédiens et comédiennes et les aiment. Ils les ont vus évoluer, même vieillir pour certains. On aime prendre ces acteurs à contre-emploi par rapport à ce qu’ils pouvaient faire auparavant. L’idée est aussi de montrer qu’ils peuvent jouer autre chose que ce qu’on a déjà vu. Par exemple, Véronique Genest était à mille lieues de Julie Lescaut avec son personnage de méchante belle-mère, Yves Rénier était un papi gâteau...

La tendance des « animateurs-acteurs » a semble-t-il épargné France 3 pour le moment. Quelle est votre politique au sujet de la mise en scène de personnalités connues dans les fictions ?

Nous avons fait tourner Laurent Gerra avec L’escalier de fer (avec un important succès d’audience à la clé, ndlr). Concernant les animateurs, je n’ai eu aucune demande de la part des gens de France 3. Tout dépend du personnage, on peut l’imaginer une fois comme ça même si comédien reste un métier. Je sais que Julien Lepers a déjà fait une fiction de France 3 il y a des années, mais dans son rôle.

La fiction inédite, à l’exception de Plus belle la vie, se concentre uniquement en prime time sur France 3. Il est inenvisageable d’imaginer des cases moins exposées pour des projets plus ambitieux ?

Je pense que tous les diffuseurs ont ce même problème. C’est normal, on a tous envie de faire des fictions de seconde partie de soirée. Après, je suis contente, car on peut aborder des sujets un peu âpres dans Plus belle la vie, sous couvert du feuilleton. C’est vrai qu’on aimerait d’autres cases pour faire de la sitcom ou des séries feuilletonnantes plus longues, comme les séries américaines ou celles de la BBC dont tout le monde parle.

L’État ne cesse de demander à France Télévisions de faire des économies. Vous qui êtes présente à ce poste depuis 7 ans, comment cela s’est-il peu à peu manifesté dans votre travail à la tête des fictions ?

On a beaucoup réduit les coûts depuis quelques années. Tout le monde fait un « effort de guerre » dans la réduction des coûts : les producteurs, les auteurs, les réalisateurs... On fait ça ensemble afin de pouvoir faire toujours le même nombre de fictions avec l’argent qu’on a. D’autre part, il y a une économie d’échelle sur les séries longues. Quand on loue un décor pour une journée, c’est dix fois plus cher que lorsqu’on le loue pour 6 mois.

« Tout le monde fait un ’effort de guerre’ dans la réduction des coûts »

France 3 propose beaucoup de rediffusions « étonnantes » dans ses cases de fiction : téléfilm de plus de dix ans, mini-série de TF1 (Merlin) qui signe une performance d’audience catastrophique... Les économies passent-elles aussi par là ?

On a une case régulière de fiction le mardi et le samedi. On fait 58 films, donc mathématiquement, on ne peut pas remplir toutes les cases de l’année et il faut alterner les inédits avec des rediffusions. Ça se voit moins sur des séries policières, comme Mongeville, où elles se glissent après la saison inédite. On ne veut pas rediffuser les fictions trop rapidement, donc pour alimenter l’antenne, quand on n’a rien de disponible, on procède à une politique des achats et on regarde dans des catalogues ce qui est sur le marché. (Les achats ne relèvent pas des fonctions de la directrice des fictions, mais sont rattachés aux acquisitions, ndlr)

Cette saison, France 2 a récolté moult louages pour la qualité et l’audace de ses fictions. La chaîne a eu d’importants succès avec Chefs, Les Témoins et plus récemment Disparue. Est-ce une pression supplémentaire pour vous ?

Pas du tout. Je suis toujours ravie quand la fiction française a du succès, qu’elle soit sur TF1, France 2 ou France 3. D’autant plus que nous ne sommes jamais en concurrence sur nos cases de fictions françaises, le mardi et le samedi (TF1 propose une série américaine le mardi et un divertissement le samedi, France 2 un magazine le mardi et un divertissement le samedi, ndlr).

Comment se différencie la fiction de France 3 de celle de France 2 ?

Nous avons des lignes éditoriales assez définies. Ce sont les producteurs qui envoient des projets à France 2 ou à France 3 en fonction de ces lignes éditoriales. Le processus de sélection des fictions est complètement dissocié entre les deux chaînes.

La France a longtemps été le vilain canard de l’Europe, en étant le seul pays où la fiction américaine était plus performante que la fiction locale. Ce constat est en train de s’inverser. Comment l’expliquez-vous ?

Je pense que cela a pris un peu plus de temps en France, à ce que l’on s’adapte. La fiction française est très longue : il faut 2 ans de développement pour une série. Il y a eu une montée en qualité, on a été abreuvés de séries du monde entier et cela a aussi aidé à une remise en question. Après, dans le cas de France 3, la fiction a toujours été un genre contributif à l’audience de la chaîne.

Partie 2 > Crimes et botanique, Un village Français, Famille d’accueil...

Page 1 sur 2 SUIVANT 


  A LIRE AUSSI  
¤ Mongeville : succès pour Les Ombres d’un doute sur France 3

¤ La Vie devant elles (France 3) : un bon lancement pour Stéphanie Caillard et Alma Jodorowsky


FRANCE 3   SERIES   FICTIONS   UN VILLAGE FRANCAIS   LA VIE DEVANT ELLES  




La seconde partie de l’interview, consacrée à Plus belle la vie, sera proposée très prochainement sur Toutelatele





comments powered by Disqus

LE BUZZ TOUTELATELE


AUDIENCES TV PRIME TIME
Audiences TV Prime (dimanche 24 mars 2019) : Barbecue et TF1 devancent Jack Reacher, Capital et la Princesse de Montpensier ont leurs fans

Audiences TV Prime (dimanche 24 mars 2019) : Barbecue et TF1 devancent Jack Reacher, Capital et la Princesse de Montpensier ont leurs fans


AUDIENCES TV ACCESS
Audiences TV Access (dimanche 24 mars 2019) : Les enfants de la télé dynamisés, 66 minutes et le CFC de Canal+ s'effondrent, Total Rénovation en hausse

Audiences TV Access (dimanche 24 mars 2019) : Les enfants de la télé dynamisés, 66 minutes et le CFC de Canal+ s’effondrent, Total Rénovation en hausse


INTERVIEW
Aïda Touihri (Engagez-vous, RMC Story) : « Je souhaite davantage écrire et produire »

Aïda Touihri (Engagez-vous, RMC Story) : « Je souhaite davantage écrire et produire »

ON VOUS RECOMMANDE





Equipe - Publicité - Recrutement - Contact - Mentions légales

Audiences TV : Médiamat-Médiamétrie - tous droits réservés Médiamétrie | Hébergement : Oxeva

©Toutelatele.com - tous droits réservés - 1998/2019