lundi 25 février 2008 à 14:56 par

Painkiller Jane > Les révélations de Kristanna Loken

Elle était l’androïde sexy de cruauté, qui a fait tourner la tête d’Arnold Schwarzenegger. Kristanna Loken, alias le méchant TX de Terminator 3, fait enfin son retour, cette fois à la télévision, dans le rôle principal d’une nouvelle série, à découvrir dès le 25 février sur Sci Fi, Painkiller Jane. De retour du Festival du Film Fantastique de Gérardmer, dont elle faisait partie du jury, la splendide blonde, toute en jambes, fait une halte par Paris, le temps de répondre aux questions de Toutelatele.com...

Painkiller Jane > Les révélations de Kristanna Loken
©NBC Universal / EPP 

Emilie Lopez : Quelle différence y a-t-il entre PainKiller Jane et d’autres séries du même genre, telles que Dark Angel, Heroes... ?

Kristanna Loken : Pour être sincère, je n’ai jamais regardé d’autres séries fantastiques. Mais toutes sont diffusées sur des chaînes à grande écoute, et donc soumises à la censure. Ce n’est pas le cas pour les chaînes du câble, telles que Sci Fi, où il y a beaucoup moins de barrières.

Emilie Lopez : En quoi cela a-t-il influencé la série ?

Kristanna Loken : Nous avons pu vraiment travailler en toute quiétude, et se permettre certaines libertés. Pour ma part, j’ai pu essayer d’en faire un personnage spécial, abîmé en quelque sorte. Elle boit peut-être un peu trop, les choses ne marchent pas toujours comme elle le voudrait. Et il n’y a pas toujours de « happing ending »...

Emilie Lopez : Quelles sont les différences entre le manga Painkiller Jane et la série ?

Kristanna Loken : Nous avons, d’une part, rajouté des personnages fictifs pour la série, les « Neuros ». Les lieux sont également différents, puisque l’histoire du manga se déroule à New York. Mais la plus grosse différence vient du fait que la série n’est pas aussi noire que le manga. Cela risquait de faire un peu « trop » pour la télévision. Pour ma part, j’aurai préféré faire une série un petit peu plus sombre, plus nerveuse. Je suis une grande fan de la BD, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’ai accepté ce rôle : je trouvais ce personnage très intéressant à « mettre en vie ».

Emilie Lopez : Selon vous, pour quelles raisons avez-vous été choisie pour ce rôle ?

Kristanna Loken : Mon rôle dans Terminator 3 y a sans doute contribué. Il était normal, après un film de ce genre, que l’on pense à moi. Les gens aiment revoir les acteurs dans les mêmes registres que ceux qui les ont fait connaître. Et je suppose que ma grande taille, ma voix rauque, ma façon d’être ont également penché dans la balance...

Emilie Lopez : Le tournage a eu lieu en grande partie à Vancouver. C’était également le cas pour la série X-Files. Quel attrait peut avoir cette ville pour les producteurs de séries fantastiques ?

Kristanna Loken : Beaucoup de ce que l’on va ressentir en regardant une série a un rapport avec l’endroit où celle-ci est tournée, car on est enveloppé dans l’ambiance de la ville. Or Vancouver a vraiment cette qualité sombre, cette atmosphère morose, pluvieuse, nécessaire à des séries telles que X-Files ou Painkiller Jane.

Emilie Lopez : Vous insistez énormément sur le côté sombre de la série. Comment était l’ambiance en coulisses ?

Kristanna Loken : Absolument géniale ! On s’est éclatés ! Heureusement pour moi, car pour la première fois, j’endossais le rôle de co-productrice. Ce qui était vraiment difficile, car il y avait sans arrêt des petits contretemps extrêmement agaçants ! C’est donc une bonne chose, à la fin de la journée, d’avoir pu déstresser avec le reste du casting.

Page 1 sur 2 SUIVANT 

- PainKiller Jane, tous les lundis à 20h45 sur Sci Fi (rediffusions : le jeudi à 22h20, le lundi à 13h30)
- The L Word : saison 4, prochainement sur Canal+


SERIES   CABLE / SATELLITE / ADSL   PAINKILLER JANE  




comments powered by Disqus
 Le Buzz Toutelatele
 On vous recommande
 Dans l'actu

Equipe - Publicité - Recrutement - Contact - Mentions légales

Audiences TV : Médiamat-Médiamétrie - tous droits réservés Médiamétrie | Hébergement : Oxeva

©Toutelatele.com - tous droits réservés - 1998/2018