lundi 13 octobre 2014 à 15:39 par

Sébastien Capgras (Cut) : « Jules s’amuse comme tous les jeunes de son âge »

Sébastien Capgras a débuté sa carrière de comédien en interprétant l’un des rôles principaux Jules Park dans le feuilleton de France Ô, Cut. Le jeune acteur s’est une nouvelle fois glissé dans la peau du fils de Laura, incarné par Julie Boulanger. Sur le tournage de la deuxième saison à la Réunion, il s’est confié sur les nouvelles aventures de son personnage.

Sébastien Capgras (Cut) : « Jules s’amuse comme tous les jeunes de son âge »
©Philippe Leroux/ FTV 

Benjamin Lopes : Cut revient pour une saison 2 sur France Ô. Avez-vous hésité à rempiler ?

Sébastien Capgras : Pas du tout. J’étais motivé comme jamais. C’était un défi à relever, car avant la première saison, je n’avais jamais joué la comédie de ma vie et je n’avais jamais pris de cours de théâtre. Qui ne tente rien n’a rien et je me retrouve donc dans la deuxième saison de Cut.

Qu’avez-vous fait entre la fin de la saison 1 et les tournages de la saison 2 ?

J’ai pris des cours de théâtre au Studio Muller qui forme les acteurs. Ca m’a permis de m’améliorer encore un peu plus. En parallèle, j’ai continué la danse. J’ai été au cinéma également car c’est toujours enrichissant. Et j’ai tenté de passer mon code ( rires). Je me suis donc bien occupé.

Qu’arrive-t-il à Jules dans cette saison 2 ?

Jules est confronté au retour de son père. Ils doivent apprendre à se connaître. Dans le même temps, il est amoureux mais de nouveaux évènements vont venir chambouler sa vie. Il va continuer à découvrir la Réunion, mais autrement, et apprendre à vivre avec sa famille.

Vous sentez-vous plus sûr cette année au niveau de votre jeu d’acteur ?

J’ai acquis pas mal d’expérience. Cinq mois de tournage quand tu débutes sans cours de théâtre, c’est tout simplement formateur et j’ai appris les bases. J’ai compris comment me placer devant la caméra, à sentir la lumière. J’ai aussi pu encore mieux appréhender les méthodes de travail et rester concentré sur la durée. Ce n’est pas toujours évident quand je me lève à cinq heures du matin et que je finis à 18 heures. Il faut tout le temps être à l’écoute de son partenaire de jeu. Tout ça, je ne le savais pas avant. Je me souviens de mes premières semaines de tournage et c’était dur ! Il ne s’agit pas juste d’apprendre un texte, il faut le jouer et le ressentir. Maintenant, j’ai plus de facilités et je parviens à m’amuser sur les tournages. J’arrive à ressentir tout ce que je joue et à être dirigé, et c’est le plus important.

« Des fois, j’essaie vraiment de me persuader que je suis Jules »

Êtes-vous toujours autant en demande de conseils auprès des autres acteurs, comme sur la saison 1 ?

Je bosse tous les soirs avec les comédiens, principalement avec Julie Boulanger qui joue ma mère dans la série. On répète tout le temps ensemble. Dès qu’il y a une scène qui me pose problème, je continue à leur poser des questions et je vais voir le réalisateur. Comme on est tous logés dans le même hôtel, c’est très pratique.

Jules a des intrigues comiques, mais aussi des moments dramatiques. Comment appréhendez-vous ces scènes ?

C’est dur à jouer, surtout que c’est ‘crossboardé’ (le tournage n’est pas linéaire, ndlr). Il y a un moment où je vais être mal, et la séquence suivante, je dois rire et m’amuser. C’est parfois compliqué de redescendre. C’est aussi ça qu’on apprend dans ce métier, c’est-à-dire savoir changer d’émotion d’une minute à l’autre. Il y a notamment une scène où j’annonce le retour de mon père. C’était très touchant. J’ai dû me charger dix minutes afin de bien m’installer dans la séquence.

Vous avez à peu près le même âge que Jules. Trouvez-vous le personnage totalement réaliste et en phase avec son époque ?

Jules a une histoire un peu compliquée. C’est donc difficile pour moi de piocher dans ma vie pour que ça colle avec celle de ce personnage. Des fois, j’essaie vraiment de me persuader que je suis Jules, et comme je passe plus de cinq mois à interpréter ce personnage, ça finit par rentrer. Puis il ya le transmedia à côté. Parfois le week-end, j’interprète Jules à travers des vidéos plutôt fun. Il s’amuse comme tous les jeunes de son âge.

Vous incarnez Jules pendant cinq mois. N’est-ce pas difficile de se détacher du personnage ?

J’ai essayé de couper le week-end quand même pendant les tournages. J’appelais des amis et j’essayais de parler le moins possible de boulot avec les gens qui m’entourait. La première année c’était plus compliqué, car je ne connaissais pas encore l’équipe et on n’avait pas encore créé ces affinités. Du coup, je pensais tout le temps à ma famille et à mes amis qui me manquaient énormément. Sur la deuxième saison, on se connait presque tous par cœur et c’est beaucoup plus simple d’être éloigné.

« Je m’impressionne un peu tous les jours »

Un nouveau triangle amoureux apparaît dans la saison 2 entre Jules, Marion et Pénélope. C’était facile à gérer ?

Ce sont de très jolies filles. Il est dur ce métier (rires). Plus sérieusement, ça a apporté un peu de couleur aux intrigues de Jules, et ça va permettre de créer encore plus de rebondissements.

Vos intrigues sont un peu plus dramatiques cette saison encore. Comment l’avez-vous appréhendé ?

À l’écriture, ils ont tout donné. Ils m’ont fait beaucoup plus confiance cette année car ils ont vu le résultat de la première saison. Des fois je lisais les séquences et je me demandais comment j’allais faire car c’était super dur à jouer. Je m’impressionne un peu tous les jours car je suis parvenu à interpréter des scènes très fortes.

Jules est également présent sur le transmedia. Quelle est votre implication ?

Il s’agit en fait de vidéos, de photos, des messages vocaux et de commentaires sur les réseaux sociaux. Les téléspectateurs peuvent ainsi interagir avec mon personnage. Je trouve ça génial. Je peux donner mes idées et on s’amuse beaucoup. On a beaucoup plus de libertés que sur les plateaux de tournage et on peut proposer beaucoup plus de choses en restant bien sûr dans le personnage. C’est tourné avec un téléphone, il n’y a pas les deux caméras et la perche pour la prise du son. C’est plus facile pour se concentrer du coup. On peut publier tout et n’importe quoi, mais il y a des limites (rires).

Quels sont vos projets après deux saisons de Cut ?

J’ai un agent maintenant donc je passe beaucoup de castings. J’ai envie de faire de la fiction et j’adorerai tourner dans un long-métrage. Je prends les choses comme elles viennent, je reste le plus motivé possible et je continue à prendre des cours de théâtre. C’est devenu mon véritable métier et je n’ai pas envie d’arrêter.



  A LIRE AUSSI  
¤ Ambroise Michel (Adil) : « Cut est une série différente de tout ce que je peux voir en France »

¤ Julie Boulanger : « Laura est tiraillée dans tous les sens dans la saison 2 de Cut »


SERIES TV   FRANCE Ô   CUT !  




- Cut : saison 2, du lundi au vendredi à 18h45 sur France Ô
(rediffusion du lundi au vendredi à 11h05)






LE BUZZ TOUTELATELE


AUDIENCES TV PRIME TIME


Audiences TV Prime (lundi 11 novembre 2019) : L’amour est dans le pré bat Itinéraire d’une maman braqueuse, Piège blanc déçoit, Captain America surpuissant

AUDIENCES TV ACCESS


Audiences TV Access (lundi 11 novembre 2019) : N’oubliez pas les paroles fait tomber Demain nous appartient, C à vous dégringole, Objectif Top Chef fait recette


INTERVIEW


François Allain (Vintage Mecanic) : « Le Qatar n’est pas uniquement peuplé de voitures modernes »

ON VOUS RECOMMANDE





Equipe - Publicité - Recrutement - Contact - Mentions légales

Audiences TV : Médiamat-Médiamétrie - tous droits réservés Médiamétrie | Hébergement : Oxeva

©Toutelatele.com - tous droits réservés - 1998/2019