ZOOM
lundi 31 mars 2003 à 00:17 par

Un gars une fille : dernier épisode canadien


Un gars une fille : dernier épisode canadien
© 

Un gars, une fille, diffusé sur Radio-Canada en hebdomadaire, présente son dernier épisode aujourd’hui à 19h30.

Ce programme a permis à la chaîne publique canadienne de réaliser de gros succès d’audience depuis maintenant 6 ans. Après 130 épisodes et 4000 scènes, Un gars, une fille est devenue culte au fil des ans en recevant aussi une cascade de prix comme 20 Gémeaux (récompenses de télévision décernées par un jury), cinq Félix(récompenses musicales) et trois MetroStars (récompenses de télévision décernées par le public).

Un gars, une fille a aussi permis de dépoussiérer quelque peu la comédie à la télévision en optant pour une réalisation rythmée et soutenue presque interactive avec l’utilisation d’une caméra subjective. Jouant sur la quotidienneté du couple avec ses tracas, ses humeurs, ses tristesses, le format fait maintenant rire une partie de la planète.

En effet, conçue par son comédien Guy A. Lepage, Un gars, une fille est l’un des formats de fiction de télévision qui s’est le plus exporté dans le monde. Celui-ci est ainsi complètement réadapté selon les valeurs et modes de vie du pays diffuseur : Espagne, Suède, Portugal, Hollande, Pologne, Hongrie, Russie, Belgique, Israël, Bulgarie, Roumanie, Mexique...

Chaque producteur ne fait que traduire ou adapter les textes originaux de Guy A. Lepage. Seule la France, un des premiers pays acheteurs du format, peut écrire ses textes pour faire vivre les aventures de Chouchou et Loulou chaque soir à 19h45 sur France 2, grâce au talent d’une équipe menée par Isabelle Camus (fille du célèbre producteur de Johnny Hallyday en autres).

S’en est donc fini pour la « version originale » d’Un gars, une fille après 6 ans de bons et loyaux services. Il faut dire qu’à cette époque, Guy A. Le Page et ses complices n’auraient jamais imaginé le succès de ces capsules humoristiques, conçues pour donner à l’origine du mordant à une émission quotidienne intitulée Besoin d’amour...


A lire aussi :
Un gars, une fille : un succès mondial
Arrêt d’un gars, une fille au Canada




  
 


comments powered by Disqus
 Dans l'actu
 On vous recommande