Débuts chaotiques pour les « résurrections » de Nagui

Publié le jeudi 30 décembre 2004 à 01:10
par
Débuts chaotiques pour les « résurrections » de Nagui
©F2/J.Pimentel 

C’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes. Ce vieil adage peut s’appliquer à bon nombre de programmes de télévision. Quel producteur n’a jamais eu l’envie de ressusciter des concepts, aujourd’hui disparus, et qui ont marqué des générations ? Et la plupart du temps, c’est du côté des jeux qu’il faut aller chercher. L’exemple le plus marquant reste, peut-être, Intervilles que les chaînes de télévision essayent de remettre au goût du jour chaque décennie. Autre exemple, Les Mariés de l’A2, ressuscité il y a moult années sous le titre des Z’amours, Incroyable mais vrai (désormais sur TF1) C’est au programme (version moderne de Matin Bonheur)...

Mais le succès de ces « renaissances » n’est pas toujours au rendez-vous. Pour exemple, le retour de l’émission mythique de Jacques Martin, L’école des fans, n’a pas réellement convaincu les téléspectateurs il y a quelques mois déjà sur France 2, Nice people et Les Colocataires sont loin d’avoir fait oublié leur « ancêtre » Loft Story, Fa, si, la, remake de Fa, si, la, chanter, ou encore Tous en jeu, remake de Que le meilleur gagne, n’ont jamais atteint les audiences de leur prédécesseur... Les exemples sont nombreux. Aussi, certaines sociètés de production réfléchissent actuellement à faire revivre des jeux qui ont drainé des millions de téléspectateurs comme Une famille en or, Le Juste Prix, La Roue de la fortune...

Et en cette fin 2004, c’est Nagui qui représente certainement le mieux l’animateur aux concepts déjà rôdés. Du reste, l’animateur/producteur ne s’en cache pas en déclarant dans l’hebdomadaire Télé Poche : « Je ne vois pas pourquoi ça serait plus mal vu de faire ses courses à l’INA plutôt qu’au MIP TV international (...) Et puis, les chaînes sont moins frileuses avec un format qui a déjà fait ses preuves. Personne ne veut plus prendre de risque... »

Samedi dernier, Nagui était donc aux commandes de l’ancienne émission phare de Christine Bravo, Union libre. Devenu Encore + libre, avec l’élargissement de l’Europe, le magazine représente désormais les 25 pays de la zone. Et la mission à relever est lourde pour France 2 et l’équipe de l’émission puisque Union libre réalisait des audiences à ce jour inégalées par les programmes qui lui ont succédés (jusqu’à 6 millions de téléspectateurs). Du reste, France 2 n’a pas hésité à installer Encore + libre dans la même case horaire que Union Libre en espérant atteindre les mêmes sommets d’audience.

Mais pour sa première Encore + libre a eu du mal à trouver son public en retenant l’attention de 1.9 million de téléspectateurs pour 14.1% de part de marché. Il faut dire qu’en face la concurrence est rude avec Qui veut gagner des millions ? et le 19/20. Cependant il y a quatre ans, à cette même période, Union libre avait très exactement la même concurrence et parvenait à rassembler 4 millions de fidèles pour plus de 20% de part de marché.

Le défi s’annonce donc difficile d’autant plus que France 2 a « sacrifié » son jeu lancé le 17 janvier 2004 Le Coffre. Animé par Nagui, Le Coffre n’a pas rencontré un véritable succès d’audience mais a gagné un succès d’estime avec à la clé de nombreux inconditionnels. Lors de sa première, 2.8 millions de personnes étaient au rendez-vous (16.7% de part de marché). En fin d’année, le jeu a perdu 500 000 fidèles en moyenne. La mission de Encore + libre est donc de faire beaucoup plus. La chaîne publique laissera le temps à Nagui et sa joyeuse équipe pour convaincre le public.

Trois jours plus tard, le même Nagui débarquait en force en prime time avec Ca va être votre fête, qui n’est autre que la nouvelle version de son émission culte qui a révolutionné la télévision au milieu des années 90, N’oubliez pas votre brosse à dents. A l’époque, cette émission déjantée rassemblait entre 5 et 6 millions de téléspectateurs le samedi soir et donnait des sueurs froides à TF1. Si bien que, deux ans plus tard, la chaîne privée a offert à Nagui de rejoindre son écurie et de proposer sa version de la Brosse à dents made in TF1 : Vous ne rêvez pas. Le divertissement fait alors moins d’audience que sur France 2 et est rapidement abandonné.

Mardi soir, le retour de la Brosse à dents/Vous ne rêvez pas ! sous forme de test, a convaincu près de 4.1 millions de personnes, soit 18.5% de part de marché. Une audience modeste dans une case horaire habituellement dévolue à la fiction. Ce soir-là, France 2 est la dernière de la classe tout juste derrière M6 et son Astérix (4.2 millions de téléspectateurs). Malgré tout, Ca va être votre fête devrait vraisemblablement revenir pour une seconde édition cette fois ci dans la case du samedi soir et aura comme mission d’accroître de manière significative son audience.

Enfin, côté « résurrections », l’émission musicale emblématique de Nagui, Taratata, devrait renaître de ses cendres d’ici le printemps prochain sur la nouvelle version de la chaîne Festival ainsi que sur France 2. Toujours dans le domaine de la chanson, Nagui est en passe de faire revivre le fameux Palmarès de la chanson. Parallèlement, il devrait être de retour cet été pour la deuxième saison de la nouvelle génération d’Intervilles...

  ON VOUS RECOMMANDE  

FRANCE 2   NAGUI  

LE BUZZ TOUTELATELE


AUDIENCES TV PRIME TIME
Audiences TV prime (dimanche 28 novembre 2021) : Tout le monde debout (TF1) triomphe, Vera (France 3) plombe Scandale (France 2)

Audiences TV prime (dimanche 28 novembre 2021) : Tout le monde debout (TF1) triomphe, Vera (France 3) plombe Scandale (France 2)


INTERVIEW
Arsène (N’oubliez pas les paroles, finaliste des Masters 2021) : « Je ne voulais pas laisser dire que j’avais gagné par hasard en 2020 »

Arsène (N’oubliez pas les paroles, finaliste des Masters 2021) : « Je ne voulais pas laisser dire que j’avais gagné par hasard en 2020 »






Equipe - Publicité - Recrutement - Contact - Mentions légales

Audiences TV : Médiamat-Médiamétrie - tous droits réservés Médiamétrie | Hébergement : Oxeva

©Toutelatele.com - tous droits réservés - 1998/2021