Florence Lloret, Directrice des Programmes Disney

10 ans pour Disney Channel, 15 ans pour Disneyland Paris, 20 ans pour Disney Store, 5 ans pour Playhouse et Toon Disney, 2007 est sans conteste l’année Disney. A cette occasion, et à quelques heures de la grande soirée anniversaire organisée par la chaîne premium, Florence Lloret, Directrice des Programmes, dresse le bilan des chaines qu’elle a vu grandir jour après jour...

Publié le vendredi 30 mars 2007 à 00:43
par
Florence Lloret, Directrice des Programmes Disney
©Disney 

Jérôme Roulet : Pour cet anniversaire, vous annoncez non pas une journée anniversaire mais 10 mois de fête ! Quels sont les rendez-vous marquants que vous proposerez à vos abonnés ?

Florence Lloret : On a déjà commencé très fort avec dix jours de nouveaux programmes en exclusivité ! Nous avons diffusé des programmes bien connus de nos téléspectateurs avec des épisodes inédits d’American Dragon, la nouvelle saison de Kim Possible, des séries fictions comme Zack et Cody, Phénomène Raven, Hannah Montana. Et la cerise sur le gâteau, le 27 mars, avec le chapitre 1 du Monde de Narnia pour la première fois à la télévision. Aussi, nous proposerons - en avant première en avril - Cory est dans la place, le spin off de Phénomène Raven.

Vous êtes à Disney Channel depuis sa création, que retenez-vous de ces dix années ?

Je suis très attachée à toute l’équipe qui fait le succès des chaines Disney. Ce que je retiens professionnellement, c’est de voir une chaine grandir, s’approcher de plus en plus de son public qui évolue dans un environnement extrêmement concurrentiel. Quand on a lancé Disney en 1997, il n’y avait que 4 chaînes maintenant il y en a 21. Et le paysage est encore en pleine évolution. Le positionnement s’est vraiment clarifié et affiné en 10 ans à savoir être la première chaîne pour les enfants et toute la famille.

Votre cœur de cible sont les 8/14 ans. Quelles sont leurs programmes préférés ?

Dans le top programme c’est évidemment High School musical qui arrive en tête. Hannah Montana leur plait beaucoup. Il y a aussi La vie de palace de Zack et Cody. Et notre grande fierté est un programme français qui s’appelle Trop la classe !. Il se positionne dans les dix programmes les plus regardés sur la chaîne et les plus appréciés.

Peut-on dire que l’interactivité avec les téléspectateurs est une des forces de Disney Channel ?

Oui et je dirais que c’est une force historique. On a été les premiers à avoir une émission en direct (Zapping Zone). Nous avons mis à l’antenne beaucoup de jeux où les enfants étaient des acteurs (Code S-Pion). Et puis, il y a eu les Grands prix de l’imagination qui ont marqué l’identité de Disney Télévision et son positionnement. Aussi, pour savoir ce qu’apprécie notre public, en plus des audiences, nous jouons beaucoup avec les enfants via l’interactivité. On leur propose de nombreuses tchatches ainsi que des jeux réguliers afin d’élire leur série préférée.


Une émission a marqué à tout jamais la grille de Disney Channel : Zapping Zone. L’âme de cette émission règne t-elle toujours dans la maison ?

Je pense que Disney Channel ne serait jamais ce qu’elle est sans cette émission. Mais au bout de 8 ans, on voulait faire évoluer les choses en sortant de ce plateau. On avait vraiment besoin d’aller directement à la rencontre des enfants. Et puis, le format de Zapping Zone a été repris ailleurs...

Disney investit également dans la production française et européenne. Quels sont les projets à venir ?

La bonne nouvelle est la seconde saison de Trop la classe ! à l’antenne dès septembre prochain. Au vu du succès de cette série française, on s’aperçoit que les enfants aiment aussi que l’on parle d’eux. Nous avons également un autre projet de format court en septembre ainsi que beaucoup d’autres choses en développement...

A la rentrée dernière, vous avez mis à l’antenne High School Musical avec une importante campagne de communication. Enorme succès aux Etats-Unis, l’impact du programme a-t-il été satisfaisant en France ?

C’est vrai qu’on a beaucoup parlé de High School Musical en septembre. L’impact a été très satisfaisant. Au niveau des ventes de CD, nous sommes également très contents des résultats. On travaille maintenant sur High School Musical 2 qui sera diffusé dès septembre sur Disney Channel.

Pourquoi multidiffusez vous High School Musical depuis la rentrée, téléfilm que les téléspectateurs ont pu voir également à deux reprises sur M6 ?

Si vous regardez les chaînes jeunesse, on voit qu’il y a pas mal de rediffusions. Il faut savoir qu’un enfant peut regarder un programme jusqu’à 30 fois sans se lasser ! Je ne dis pas non plus qu’il va le faire (rires). Pour High School Musical par exemple, ce ne sont pas des « rediffusions gratuites », nous proposons toujours du contenu nouveau. Prochainement, ce sera dans le cadre de la diffusion du concert, de la version hip hop...

On le voit avec High School Musical, Disney a proposé une palette élargie de produits estampillés au nom du programme. Cette politique très forte de produits dérivés à partir d’un programme créé de toute pièce par Disney va-t-elle se poursuivre ?

Nous travaillons beaucoup sur l’axe musical. High School Musical 2, Hannah Montana et prochainement Jumping... Les enfants sont très demandeurs ! L’an dernier, nous avions créé Disney Channel talents où l’on proposait à 5 enfants de découvrir les coulisses de la musique avec comme marraine Lorie. Nous travaillons à nouveau dessus pour la saison prochaine.


A qui s’adresse plus particulièrement la petite sœur, la chaîne PlayHouse Disney ?

PlayHouse Disney s’adresse aux 2/5 ans. La chaîne commence à se stabiliser avec des programmes qui marchent très bien et repris par exemple sur TF1. En mai, nous accueillerons sur la grille Mes amis, Tigrou et Winnie - série 3D revue de Winnie l’ourson - Et puis, des séries d’acquisitions comme Bali en mai et Le manège enchanté avec une nouvelle version en 3D pour 2008.

Si toutes les chaînes Disney ont vu leur audience augmenter, Toon Disney accuse une nette baisse de régime lors du dernier MediaCabsat...

Je ne peux pas vous dire le contraire. Toon Disney s’adresse aux 6/10 ans et est destinée aux fanas de l’animation classique Disney. Et c’est vrai que l’on a une concurrence accrue avec par exemple l’arrivée de Nickelodéon qui s’adresse à la même cible avec Bob l’éponge ! Aujourd’hui, il faut retravailler cette chaîne, Disney Channel et PlayHouse Disney étant devenues très stables...

Prévoyez-vous le lancement de nouvelles chaînes visant, pourquoi pas, de nouvelles cibles ?

Non, pas pour l’instant. Mais nous travaillons sur de nombreux développements...

La marque Disney demeure t-elle une force face à la nombreuse concurrence ?

J’en suis convaincue ! Quand on voit qu’un téléfilm comme High School Musical peut réunir 127 millions de téléspectateurs, le succès des séries fictions ou d’animation, les films comme Pirates des Caraïbes, les beaux programmes Pixar, les séries comme Desperate Housewives, Lost, Grey’s anatomy, une chose est sûre, Disney se positionne partout dans le monde avec des programmes qui intéressent tous les publics.

Quelle est votre plus grande fierté de la saison en qualité de directrice de programmes ?

(elle réfléchit) Je vous dirais Trop la classe ! C’est ma fierté car c’est ma première co-production. La série de 52 épisodes a été réalisée en trois mois avec des acteurs extraordinaires et une équipe superbe. On a de nombreux projets avec eux. Et ma prochaine fierté, ca sera, je pense, le programme à venir (rires)

  ON VOUS RECOMMANDE  

CABLE / SATELLITE / ADSL   JEUNESSE  

LE BUZZ TOUTELATELE


AUDIENCES TV PRIME TIME
Audiences TV prime (lundi 23 novembre 2020) : L’amour est dans le pré relègue Bodyguard et TF1, Drive dynamite Arte

Audiences TV prime (lundi 23 novembre 2020) : L’amour est dans le pré relègue Bodyguard et TF1, Drive dynamite Arte

AUDIENCES TV ACCESS
Audiences TV access (lundi 23 novembre 2020) : Demain nous appartient s’envole, Quotidien et Philippe Etchebest puissants

Audiences TV access (lundi 23 novembre 2020) : Demain nous appartient s’envole, Quotidien et Philippe Etchebest puissants


INTERVIEW
Isabelle Saporta (Les Grandes Gueules) : « Il est impossible d’être dans le politiquement correct jusqu’au bout »

Isabelle Saporta (Les Grandes Gueules) : « Il est impossible d’être dans le politiquement correct jusqu’au bout »






Equipe - Publicité - Recrutement - Contact - Mentions légales

Audiences TV : Médiamat-Médiamétrie - tous droits réservés Médiamétrie | Hébergement : Oxeva

©Toutelatele.com - tous droits réservés - 1998/2020