Mallaury Nataf (Les Mystères de l’amour) : « Lola est prise dans une histoire compliquée avec Peter... »

Ce samedi 14 septembre, Mallaury Nataf reprendra son rôle de Lola, la cousine d’Hélène, dans Les Mystères de l’amour. La comédienne, connue avoir été l’héroïne du Miel dans les abeilles dans les années 90, se confie sur son grand retour sur les plateaux de Jean-Luc Azoulay.

Publié le samedi 14 septembre 2019 à 18:48
par
Mallaury Nataf (Les Mystères de l’amour) : « Lola est prise dans une histoire compliquée avec Peter... »
©Capture TMC  

Benoît Mandin : Ce samedi 14 septembre, vous signez votre grand retour à travers Les Mystères de l’amour sur TMC. Comment s’est-il opéré ?

Mallaury Nataf : J’ai appelé Jean-Luc Azoulay (producteur des Mystères de l’amour, ndlr). Il m’avait sollicité à plusieurs reprises pour que ça soit le cas. Le lendemain matin, j’étais dans son bureau et il m’a proposé d’intégrer Les Mystères de l’amour. Jean-Luc m’a dit : « Je vais t’écrire quelque chose et j’espère que ça te plaira ». J’ai tout de suite su que j’allais reprendre Lola, rôle que j’ai tenu dans Le miel et les abeilles. L’idée est qu’Hélène retrouve sa cousine de façon impromptue. Lola va rester un peu dans son environnement.

Pourquoi avoir repris contact avec Jean-Luc Azoulay ?

Il m’a cherché de manière assez voyante. J’ai un magazine qui a souhaité faire un écho sur les événements qui ont secoué ma vie ces dernières années. En quarante-huit heures, la photo a eu deux millions de likes. J’ai compris qu’il y avait quelque chose à jouer. Il était logique d’y donner suite.

Pensiez-vous que Lola Garnier avait pu autant marquer le public ?

Dans les années 90, on avait entre huit et dix millions de téléspectateurs. Les enfants regardaient les sitcoms AB dès qu’ils rentraient de l’école. Le Miel et les abeilles était diffusé au quotidien. Cela a créé un lien avec le public.

« Entre l’Amérique latine et la France, ça ne va pas être de tout repos pour Lola ! »

Comment avez-vous vécu votre retour sur les plateaux de télévision ?

Cela s’est fait très naturellement. On se connaissait tous chez AB Productions et les équipes sont les mêmes chez JLA Productions. Les Mystères de l’amour ne sont pas structurés autour de mon personnage, mais ceux d’Hélène Rollès, Patrick Puydebat et Elsa Esnoult. Je suis une histoire qui vient compléter celles déjà existantes.

Les tournages vous ont-ils manqué ?

Ce n’est pas ma personnalité de penser à cela, car je vis au jour le jour. Je suis loin d’être carriériste. Je mène ma vie en fonction des opportunités qui se présentent. Au quotidien, je ne me pose pas trop de questions.

Dans un entretien accordé au Parisien, vous avez déclaré que tourner dans Les Mystères de l’amour « n’était pas un plaisir »...

Il n’y a pas de raison pour que ça soit un plaisir. J’ai commencé ce métier à l’âge de quatorze ans. J’en ai plus de quarante-cinq aujourd’hui. Cela demande des compétences et des qualités. Jouer la comédie procure une forme de stress plutôt que de plaisir. La plupart des acteurs sont angoissés.

À quoi peuvent s’attendre les téléspectateurs avec le retour de Lola ?

Elle est prise dans une histoire compliquée avec Peter.... Les circonstances de son retour ne jouent pas en sa faveur. Je ne sais pas si mon personnage va être amené à devenir récurrent. Entre l’Amérique latine et la France, ça ne va pas être de tout repos pour Lola !

« Jouer la comédie procure une forme de stress plutôt que de plaisir »

Le dimanche 29 septembre, TMC diffusera un prime des Mystères de l’amour pour le mariage de Fanny et Christian. Vous y apparaissez aux côtés de Cyril Aubin, interprète de Johnny dans Le miel et les abeilles. Comment se sont passées vos retrouvailles ?

Très bien. On a beaucoup tourné avec Cyril Aubin. C’est un garçon gentil donc c’était sympa de se revoir. L’ambiance sur le tournage du Miel et les abeilles était studieuse. C’était un rythme assez intense. Chez JLA, c’est la même chose. Tout s’enchaîne, il n’y a pas vraiment de pause. On est de toutes les séquences et tout se limite à une ou deux prises. J’ai gardé de bons rapports avec tous les comédiens du Miel et les abeilles. Il n’y a jamais eu de problème entre nous.

Quels souvenirs gardez-vous de l’épopée AB ?

J’en garde une histoire faite dans l’urgence. Le Miel et les abeilles m’a fait vivre la folie. C’était vraiment très fort dans les années 90. Je le vis comme une opportunité qui m’a été donnée. La série m’a créé une vie différente. Tout cela était sympa et positif. Quand j’ai arrêté Le miel et les abeilles, j’ai donné naissance à mon premier enfant et je suis devenue une maman classique. J’ai ensuite fait beaucoup de théâtre et je souhaitais mener mes projets de façon plus anonyme.

Ces dernières années, le public a découvert que vous êtes devenue SDF. Vous avez perdu la garde de vos enfants...

Quand on traverse des épreuves aussi dures, il reste forcément une trace. Au niveau émotionnel, cela a été très difficile à vivre. Certains pensent que l’on a une destinée donc je pars du principe que ça devait faire partie de la mienne. On réapprend à vivre autrement.

  ON VOUS RECOMMANDE  

SERIES TV   TMC   LES MYSTERES DE L’AMOUR  

LE BUZZ TOUTELATELE


AUDIENCES TV PRIME TIME
Audiences TV prime (vendredi 18 septembre 2020) : Koh-Lanta règne avec Candice Renoir, échec pour Stéphane Bern

Audiences TV prime (vendredi 18 septembre 2020) : Koh-Lanta règne avec Candice Renoir, échec pour Stéphane Bern

AUDIENCES TV ACCESS
Audiences TV access (vendredi 18 septembre 2020) : Demain nous appartient accable Tous en cuisine, C à vous devant M6

Audiences TV access (vendredi 18 septembre 2020) : Demain nous appartient accable Tous en cuisine, C à vous devant M6


INTERVIEW
Hélène Gateau (SOS Animaux, 6ter) : « Il faut sévèrement punir les actes de maltraitance animale »

Hélène Gateau (SOS Animaux, 6ter) : « Il faut sévèrement punir les actes de maltraitance animale »






Equipe - Publicité - Recrutement - Contact - Mentions légales

Audiences TV : Médiamat-Médiamétrie - tous droits réservés Médiamétrie | Hébergement : Oxeva

©Toutelatele.com - tous droits réservés - 1998/2020