samedi 22 janvier 2011 à 14:07 par ,

Top Chef 2011 : les 14 candidats en lice

Abraham de la Rosa : le voyageur

Abraham de la Rosa : le voyageur
©M6/P.Olivier 

A 31 ans, Abraham est chef de partie dans le célèbre établissement parisien, « Le Café de la Paix », place de l’Opéra. Il a démarré sa carrière professionnelle par la comptabilité, avant de tout plaquer pour se consacrer à 100% à la gastronomie. Né de l’autre côté de l’Atlantique, plus précisément au Mexique, son projet à long terme serait d’y retourner avec un hôtel-restaurant à la clef, mariant les cultures sud-américaine et française. Reste à savoir si sa mèche rebelle rentrera dans la toque obligatoire...

Adrien Cauwelaert : le discret

Adrien Cauwelaert : le discret
©M6/P.Olivier 

Adrien est un Belge pur souche. Cet amoureux des produits du marché travaille en cuisine depuis déjà 10 ans, alors qu’il n’a que 25 ans ! Dans le restaurant « La Paix » à Bruxelles, ce dernier a accédé au rang de chef de partie. Plutôt discret dans la vie, le jeune homme ne cache pourtant pas son ambition : suivre les pas d’Alexandre Dionisio, l’ancien candidat de Top Chef 2010, récemment étoilé au célèbre guide Michelin.

Alexis Braconnier : le beau gosse

Alexis Braconnier : le beau gosse
©M6/P.Olivier 

Sous ses travers de jeune garçon fougueux se cache un cuisinier hors pair, tout juste âgé de 20 ans. Actuellement commis au « Byblos » de Saint-Tropez, Alexis a fait ses premières armes aux côtés de Gilles Goujon (3 étoiles au Michelin) à « L’Auberge du vieux puits ». Le beau gosse de l’édition Top Chef 2011 entend se surpasser pour réaliser l’un de ses rêves. S’il gagne, le benjamin de la compétition rejoindra ses deux frères de l’autre bout du monde, plus précisément en Australie.

Christophe Bibard : le ténébreux

Christophe Bibard : le ténébreux
©M6/P.Olivier 

La cuisine a peut-être sauvé la vie de Christophe. Avant de trouver sa voie professionnelle, il n’a pas toujours respecté les limites. Aujourd’hui, à 31 ans, ce père d’un petit garçon dirige l’équipe du « Trend ». L’établissement parisien est loin d’être sa première expérience. Son tempérament parfois ténébreux lui jouera peut-être des tours dans les moments de pression. En cas de victoire, celui qui n’oublie jamais ses modestes origines compte ouvrir un restaurant « convivial ».

David Gilabert : le susceptible

David Gilabert : le susceptible
©M6/P.Olivier 

Il n’aime pas les critiques injustifiées et le fait savoir ! C’est sûr, David risque quelques frictions avec le jury de Top Chef 2011. Après plusieurs expériences, ce chef de 28 ans a accepté de devenir instructeur à « L’Atelier des chefs » à Paris. S’il connait donc bien les fondamentaux qu’il enseigne, ce compétiteur aime surtout cuisiner avec une touche décontractée... Présenté comme « Mi-rockeur, mi-bohème », David est un candidat au profil des plus atypiques.

Fanny Rey : la créative

Fanny Rey : la créative
©M6/P.Olivier 

La cuisine est une histoire de famille chez Fanny. Seconde de cuisine dans un 2 étoiles aux Baux de Provence, cette mère de deux enfants travaille avec son compagnon, chef pâtissier élu champion de France des desserts. Les tournois ne lui font pas peur. La jeune femme a déjà remporté en 2008 le « Concours des jeunes étoiles de Mougins ». Ouvrir une table d’hôte gastronomique est le projet professionnel du couple. Rigueur et perfection sont les deux mots d’ordre de Fanny pour y parvenir.

Grégory Delobe : le gourmand

Grégory Delobe : le gourmand
©M6/P.Olivier 

Bien loin des diktats de la cuisine moléculaire, Grégory aime la simplicité. De ses origines paysannes, ce cuisinier a conservé la gourmandise et le terroir, qu’il décline au sein son propre restaurant, « La pierre qui roule ». Il ne faut pas en déduire que le gastronome n’a pas l’étoffe d’un Top Chef. Avant de prendre les commandes de son établissement, Grégory a été chef de partie dans deux étoilés, en Guadeloupe et à Carcassonne. Le mélange des cultures sera peut-être l’une de ses forces.

Ludovic Turac : le compétiteur

Ludovic Turac : le compétiteur
©M6/P.Olivier 

Voilà un candidat qui apprécie les concours de cuisine et adore se confronter à ses collègues. Aux Olympiades des métiers, il a été désigné champion de Provence. A 22 ans, ce Marseillais n’est guère effrayé par la compétition Top Chef. Cuisinier par vocation, Ludovic est très exigeant avec lui-même. Après avoir été chef de partie dans un deux étoiles, il est aujourd’hui second de cuisine au restaurant « La table du Sud ».

Matthieu Lestrade : le zen

Matthieu Lestrade : le zen
©M6/P.Olivier 

A tout juste 22 ans, Matthieu est déjà 1er chef au restaurant étoilé, « Le Park 45 » à Cannes. Comme tous, il a gravi tous les échelons au sein d’une cuisine. C’est à l’âge de 16 ans que Mathieu a décidé de faire de sa passion son métier. Pour cela, il a pu compter sur le soutien sans faille de sa maman, qui continue à le coacher. Sérieux, Matthieu se laisse rarement déborder par les événements si bien qu’il est surnommé « Mister Zen ». En sera-t-il de même dans cette compétition féroce ?

Paul-Arthur Berlan : l’amoureux

Paul-Arthur Berlan : l’amoureux
©M6/P.Olivier 

A 28 ans, Paul-Arthur est sous chef dans le restaurant « Le Fin Gourmet » à Paris. Originaire de Carcassonne, il apprécie cuisiner les produits de sa région. Inventif et créatif, il essaye de mettre ces deux qualités dans ses assiettes. Ce qui lui a valu une 3e place au concours des Chefs en or. Après une éventuelle victoire à Top Chef, Paul-Arthur a le doux rêve d’ouvrir son propre restaurant.

Pierre-Sang Boyer : l’inventif

Pierre-Sang Boyer : l’inventif
©M6/P.Olivier 

Venu tout droit de la ville où il fait bon manger, Lyon, Pierre-Sang est chef du restaurant « L’opéra de Lyon ». A 30 ans, le Coréen, après avoir tenté d’être boulanger, c’est ce qu’il veut : gagner derrière les fourneaux ! Du reste, il adore dresser des assiettes originales pour ses clients. Et pour ça, il a une imagination sans limite ! Rigoureux, il rêve de devenir le prochain Alain Ducasse. Top Chef sera t-il un accélérateur de carrière pour lui ?

Ronan Kernen : le sportif

Ronan Kernen : le sportif
©M6/P.Olivier 

Ronan est le « senior » de cette édition 2011 bien que le mot soit un peu fort vu qu’il n’a que 33 ans. Breton d’origine, il a voulu devenir cuisinier dès l’âge de 8 ans. Il faut dire qu’il a évolué dans le milieu : ses grands-parents étaient maitres d‘hôtel et son oncle, boucher. Aujourd’hui, chef de cuisine au « Kube Murano » de Toulon, Ronan est un passionné qui a été élu révélation de l’année 2007 par le magazine « Vins et Gastronomie ».

Stéphanie Le Quellec : la compétitrice

Stéphanie Le Quellec : la compétitrice
©M6/P.Olivier 

Comme pour beaucoup de participants à l’aventure Top Chef, Stéphanie rêve d’ouvrir son propre restaurant avec son mari, lui aussi cuisinier. Mais être chef dans un Palace ne serait pas non plus pour lui déplaire. A 28 ans, cette jeune maman de deux enfants vit à Montauroux dans le Var. Depuis cinq ans, elle officie en qualité de sous-chef au Restaurant « La Faventia ». Auparavant, elle a évolué, entre autres, au « Georges V » à Paris. A noter que Stéphanie est une habituée des concours avec à chaque fois une place sur le podium.

Tiffany Depardieu : la volontaire

Tiffany Depardieu : la volontaire
©M6/P.Olivier 

A 22 ans, Tiffany est déjà chef de partie chez « Potel & Chabot » ainsi qu’ »Aux gourmets du monde » à Paris. Avant d’en arriver-là, la jeune femme a multiplié les stages et a travaillé en Australie. Volontaire, dynamique et motivée, elle a voulu être cuisinière depuis toujours. En effet, son papa, aujourd’hui disparu, lui a transmis la passion et le gout pour la gastronomie. Pour Tiffany, la cuisine est un don, et elle compte bien en faire profiter un maximum de personnes en ouvrant son restaurant semi-gastronomique.




AUDIENCES TV PRIME TIME
Audiences TV Prime (mercredi 19 janvier 2022) : The Undoing s’achève en hausse pour TF1, Qui veut être mon associé (M6) puissant sur cibles, bon début pour L’amour presque parfait

Audiences TV Prime (mercredi 19 janvier 2022) : The Undoing s’achève en hausse pour TF1, Qui veut être mon associé (M6) puissant sur cibles, bon début pour L’amour presque parfait


INTERVIEW
Manon éliminée de N’oubliez pas les paroles (France 2) : « C’est un vrai marathon psychologique et physique »

Manon éliminée de N’oubliez pas les paroles (France 2) : « C’est un vrai marathon psychologique et physique »







Equipe - Publicité - Recrutement - Contact - Mentions légales

Audiences TV : Médiamat-Médiamétrie - tous droits réservés Médiamétrie | Hébergement : Oxeva

©Toutelatele.com - tous droits réservés - 1998/2022