mardi 7 octobre 2014 à 18:00 par

Alexia Laroche-Joubert (Une saison au zoo) : « Je suis tombée de mon siège quand j’ai vu les audiences »

Avant Une saison au zoo, Alexia Laroche-Joubert produisait, via Banijay Productions France, Véto Junior. Pour la première fois, des producteurs se lançaient dans une nouvelle écriture. De cette expérience, la productrice a poursuivi en appliquant le même modèle en filmant le quotidien d’un parc zoologique. Un rythme très dense qu’elle espère voir fleurir dans le monde entier à la suite du prochain MIP. Tandis que le tournage de la saison 2 est terminé depuis le 2 octobre, Alexia Laroche-Joubert dresse un bilan, naturellement positif, de son émission qu’elle considère comme une « énorme satisfaction ».

Alexia Laroche-Joubert (Une saison au zoo) : « Je suis tombée de mon siège quand j’ai vu les audiences »
©Banijay 

Tony Cotte : Quelle est la particularité de travailler sur une chaîne du service public, qui plus est en pleine mutation ?

Alexia Laroche-Joubert : Pour bien connaître les cibles, je sais que c’est compliqué de marier l’univers des enfants et celui des jeunes adultes. L’environnement d’un parc zoologique a l’avantage de garder les petits et séduire les adolescents. Notre émission fait ainsi la transition entre une audience plutôt jeune et une plus âgée. Le parti pris de France 4 est assez osé, mais je pense que c’est avec des programmes comme Alcootest que la chaîne teste sa nouvelle ligne éditoriale. Nous, on est pile-poil la courroie de transmission, voire un vecteur de réunion.

L’émission étant particulièrement appréciée des enfants, prend-on des gants pour aborder certains sujets, comme la mort d’un animal ?

En réalité, ça a été plus compliqué quand on a produit Véto junior. À l’origine, tout vient de ce programme. On a rencontré une vraie difficulté dans le traitement avec des animaux mal en point et des problèmes comme celui de l’euthanasie. Sur Une saison au zoo, mis à part le perroquet, nous n’avons pas rencontré de telles situations.

La saison 2 a eu le droit à un coup d’envoi en première partie de soirée : comment l’avez-vous abordé ?

[Elle s’exclame] 750 000 téléspectateurs, c’est dingue ! Nous n’avions pas pensé à faire du prime-time. Ça a été une demande de la chaîne pour le lancement de la nouvelle saison et pour bien resituer le téléspectateur. On ne s’attendait pas à faire un tel score ; je suis tombée de mon siège quand j’ai vu les audiences.

« J’ai de vrais stagiaires qui sont dans un zoo. Je ne crée pas une fausse situation »

Plusieurs changements ont été opérés pour cette nouvelle salve. Ont-ils été le fruit de quelconques études ?

On s’est dit qu’il fallait apporter des éléments nouveaux, dans la mesure où il y a eu peu de rupture à l’antenne. Mais on fait notre métier sans les études ; je me méfie d’elles justement. J’ai toujours travaillé à l’instinct. Nous avons surfé sur ce qui se passe vraiment au zoo et qui n’apparait pas lors de la première saison : les stagiaires. Souvent les soigneurs sont seuls. On avait ce souci de ne pas montrer le principe de la transmission. Nous les avons recrutés par le biais d’organismes qui forment aux métiers de soigneurs. On a pu avoir un échange, une communication, utile pour permettre au jeune public de comprendre les différentes tâches.

Les commentaires sur les réseaux sociaux sont, à la très grande majorité, positifs. Les rares critiques concernent l’aspect « télé-réalité » qui aurait pris le pas avec la Maison des stagiaires et leur vie en dehors du parc…

Si j’en suis à montrer une maison et que c’est de la télé-réalité… Je comprends que certains aient pu avoir peur. Mais ça ne pouvait être qu’une appréhension et non la réalité. On raconte la vie de stagiaires et de soigneurs. D’ailleurs, dans la première saison, on a pu suivre un petit peu ces derniers en dehors du cadre du travail. C’est un métier de vocation qui se passe, l’air de rien, en huis clos. Cela crée un esprit de confraternité et cet aspect est aussi important à montrer. Pour produire énormément de télé-réalité, je peux dire qu’elle est stimulée. Ça n’existe pas douze Ch’tis parcourant le monde pour travailler dans les boites de nuit. Là, j’ai de vrais stagiaires qui sont dans un zoo. Je ne crée pas une fausse situation.

Savez-vous si le succès de l’émission complique le tournage ?

On a traité cette question dans un épisode avec les autographes signés par les filles du bassin des otaries. Mais c’est la réalité de ce qui se passe. Quand j’ai été sur place, mes filles voulaient absolument voir Glue [nom d’une femelle singe Saïmiri, ndlr]. Les animaux sont devenus des héros à part entière. Et comme il s’agit d’une écriture de documentaire, on raconte réellement les faits. En revanche, je ne le ferais pas avec les Ch’tis.

Partie 2 > Les autres saisons, l’érosion des Ch’tis...

Page 1 sur 2 SUIVANT 


  A LIRE AUSSI  
¤ Une saison au zoo : France 4 affiche un nouveau record historique

¤ France 4 propulse Une saison au zoo à 20 heures


REAL TV   FRANCE 4   LES CH’TIS   UNE SAISON AU ZOO  




- Une saison au zoo, du lundi au vendredi à 18h30 sur France 4
(rediffusion : le samedi à 14h40)





comments powered by Disqus

LE BUZZ TOUTELATELE


AUDIENCES TV PRIME TIME


AUDIENCES TV ACCESS


INTERVIEW

ON VOUS RECOMMANDE





Equipe - Publicité - Recrutement - Contact - Mentions légales

Audiences TV : Médiamat-Médiamétrie - tous droits réservés Médiamétrie | Hébergement : Oxeva

©Toutelatele.com - tous droits réservés - 1998/2018