Joshua Malina : « Scandal est à la fois un soap, un thriller et une série politique »

A l’occasion de sa venue au Festival de Monte Carlo en 2013, Joshua Malina, interprète de David Rosen dans ’Scandal’, a rencontré la presse pour revenir sur le succès de la série phénomène et son rôle. L’acteur a également évoqué ses autres expériences télévisuelles.

Publié le mardi 15 juillet 2014 à 19:44
par
Joshua Malina : « Scandal est à la fois un soap, un thriller et une série politique »
©ABC Studios 

Robin-Girard Kromas : Lors de son lancement, Scandal ne suscitait pas un vif intérêt et le renouvellement de la série n’était pas assuré. Elle est aujourd’hui devenue un véritable hit aux États-Unis. Comment avez-vous vécu cette ascension ?

Joshua Malina : C’est fantastique, tous les acteurs rêvent de vivre ça ! J’ai été dans beaucoup de séries au cours de ma carrière, certaines ont duré des années, d’autres ont disparu rapidement. Mais c’est la première fois que je vis une ascension comme celle-ci. Du temps de The West Wing (A la maison blanche, ndlr), j’avais rejoint l’équipe alors que c’était déjà un succès. Ici, c’est vraiment excitant d’avoir fait partie du projet depuis le début.

Comment expliquez-vous cette montée en puissance ?

Je pense que Shonda Rhimes (créatrice de la série, ndlr) écrit formidablement bien. Elle met en place un tout nouvel univers et cela peut parfois prendre un peu de temps. Scandal est à la fois un soap, un thriller et une série politique. Il faut donc plusieurs épisodes avant que le public puisse intégrer tous ces éléments. Et quand vous êtes accroché, Shonda est particulièrement douée pour vous donner envie de revenir chaque semaine.

On vous dit très farceur. Quel type de blagues avez-vous déjà fait endurer à vos camarades sur le tournage de Scandal  ?

A peu près tout, du très sophistiqué à la blague bateau ! De la mousse à raser sur la poignée de la porte par exemple. Plus récemment, mon fils m’a montré un bon site internet qui permet d’appeler quelqu’un en changeant le numéro qui apparaît sur son téléphone. Je me suis ainsi fait passer pour la productrice exécutive et grâce à un modificateur de tonalité de voix, tous mes camarades acteurs sont tombés dans le panneau. Je me suis amusé à les appeler en leur faisant croire que je devais les voir d’urgence le lendemain. Du coup ils passaient ainsi toute la nuit à se demander ce qu’ils avaient bien pu faire ! [Rires.]

« Je pense que Shonda Rhimes écrit formidablement bien »

L’adultère est l’un des éléments centraux de Scandal, sans y être foncièrement dénoncé caricaturalement comme c’est souvent le cas. N’est-ce pas un peu osé pour un network comme ABC ?

C’était risqué de la part de Shonda de faire une série sur ce thème car elle dépeint cela de façon honnête : il s’agit d’une faute que quelqu’un peut commettre. La prouesse de Shonda, c’est qu’elle arrive à ce que le public soutienne et comprenne Olivia, même s’il peut lui arriver de faire des erreurs. Les téléspectateurs peuvent aller au-delà le simple fait de l’adultère.

Partie 2 > Ses autres expériences, dont The Big Bang Theory


Vous étiez déjà apparu dans des séries de Shonda Rhimes il y a plusieurs années. Comment s’était déroulée votre collaboration à l’époque ?

Ma première collaboration avec Shonda remonte à Grey’s Anatomy et tout c’était très bien passé. Après coup, elle m’avait proposé un épisode de Private Practice. Et enfin, un rôle un peu plus important dans Scandal ! Depuis, j’ai ainsi pu travailler à ses côtés de façon plus régulière et c’est une excellente bosse, très chaleureuse avec ses collègues.

Comment parvenez-vous à répondre à ses demandes, notamment sur la question de votre débit de parole ?

Je pense qu’Aaron Sorkin (créateur d’A la Maison-Blanche, ndlr) m’avait bien entrainé pour tout cela ! Lui et Shonda ont une oreille similaire pour les dialogues. Et ils sont tous les deux très bons pour les écrire.

Quelles différences dresseriez-vous entre ces deux expériences « politiques » ?

Même si les deux séries se déroulent à Washington DC et ont attrait à la politique, elles restent bien différentes. Dans A la Maison-Blanche, par exemple, on n’aurait pas imaginé montrer une scène de sexe comme Scandal peut le faire !

Outre les séries dramatiques, vous êtes également apparu dans la sitcom The Big Bang Theory. La comédie pourrait-elle vous intéresser à l’avenir ?

J’ai beaucoup aimé cette expérience de tournage. J’adore ces gens et si j’ai l’occasion de réapparaitre dans la série malgré mon emploi de temps sur Scandal, j’en serais très heureux !

« J’ai beaucoup aimé ma participation à The Big Bang Theory »

Il y a six ans, vous teniez le rôle principal de la série Big Shots aux côtés de Michael Vartan, Dylan McDermott et Christopher Titus. Quel souvenir gardez-vous de cette courte expérience ?

Big Shots a été une très grosse déception. Cependant, j’étais acteur depuis un certain temps au lancement de la série et je savais que beaucoup de nouveaux programmes ne fonctionnaient pas. Cela fait partie du métier. Le plus difficile, c’est de rencontrer toute une équipe et de devoir se séparer du jour au lendemain. Sur Big Shots, nous nous étions ainsi très bien entendus tous les quatre et le tournage était agréable. On avait donc de gros espoirs mais ça n’a pas fonctionné. C’est ainsi...

  ON VOUS RECOMMANDE  

M6   SERIES TV   SCANDAL  

LE BUZZ TOUTELATELE


AUDIENCES TV PRIME TIME
Audiences TV Prime (dimanche 5 juillet 2020) : 2012 large leader, Boule et Bill essuient un camouflet, Hudson et Rex séduisent

Audiences TV Prime (dimanche 5 juillet 2020) : 2012 large leader, Boule et Bill essuient un camouflet, Hudson et Rex séduisent

AUDIENCES TV ACCESS
Audiences TV Access (dimanche 5 juillet 2020) : Les enfants de la télé deux fois moins forts que Sept à Huit, 66 minutes récupère des forces

Audiences TV Access (dimanche 5 juillet 2020) : Les enfants de la télé deux fois moins forts que Sept à Huit, 66 minutes récupère des forces


INTERVIEW
Jean-Luc Azoulay (Les Mystères de l’amour) : « Comme Hélène Rollès, Elsa Esnoult est une vedette à part entière »

Jean-Luc Azoulay (Les Mystères de l’amour) : « Comme Hélène Rollès, Elsa Esnoult est une vedette à part entière »






Equipe - Publicité - Recrutement - Contact - Mentions légales

Audiences TV : Médiamat-Médiamétrie - tous droits réservés Médiamétrie | Hébergement : Oxeva

©Toutelatele.com - tous droits réservés - 1998/2020