House of cards : quelles différences entre la version britannique et américaine ?

Publié le lundi 29 juillet 2013 à 15:19
par
House of cards : quelles différences entre la version britannique et américaine ?
©Sony Pictures 

L’univers de House of cards a été façonné en 1990 par les Anglais Andrew Davies et Michael Dobbs, un ancien membre du Parti conservateur proche de Margaret Thatcher, sous la forme d’une mini série adaptée des mémoires de ce dernier. Dans cette version vue par David Fincher, le dramaturge Beau Willimon a été chargé d’actualiser l’oeuvre et de le transposer dans l’antre emblématique du pouvoir américain.

Interrogé par Les Inrockuptibles à l’occasion d’un dossier spécial série, le réalisateur de Zodiac revient sur les différences entre les deux versions. «  En Angleterre, l’attitude de façade selon son statut ou sa classe sociale est très importante. Il y a des manières de se comporter. Tout cela est balayé quand on parle de l’Amérique, où les sentiments se lisent directement sur les visages. La vénalité, par exemple, est, presque considérée comme un signe distinctif », explique-t-il.

David Fincher assure ainsi que les gens issus de la politique ou de l’entertainment se félicitent de cette attitude, prenant exemple sur Joel Silver, producteur de Matrix, qui aurait affirmé être prêt à se planter un couteau dans son propre dos pour obtenir un contrat.

« Le héros de House of cards se situe dans cette lignée, poursuit le réalisateur. C’est un type qui pensait obtenir le poste de sa vie à la Maison blanche, mais ne l’obtient pas. Il décide de se venger ».

  ON VOUS RECOMMANDE  

SERIES TV   INTERNATIONAL   REVUE DE PRESSE  

LE BUZZ TOUTELATELE


AUDIENCES TV PRIME TIME
Audiences TV prime (mardi 14 juillet 2020) : Jurassic Park 3 fragilise Le concert de Paris, La bataille du jury en hausse

Audiences TV prime (mardi 14 juillet 2020) : Jurassic Park 3 fragilise Le concert de Paris, La bataille du jury en hausse

AUDIENCES TV ACCESS
Audiences TV access (mardi 14 juillet 2020) : Demain nous appartient sous pression, La gaule d’Antoine et 28 minutes faibles

Audiences TV access (mardi 14 juillet 2020) : Demain nous appartient sous pression, La gaule d’Antoine et 28 minutes faibles


INTERVIEW
Damien Tison (Affaire conclue) : « Quand j’aime vraiment un objet, rien ne m’empêche de l’avoir »

Damien Tison (Affaire conclue) : « Quand j’aime vraiment un objet, rien ne m’empêche de l’avoir »






Equipe - Publicité - Recrutement - Contact - Mentions légales

Audiences TV : Médiamat-Médiamétrie - tous droits réservés Médiamétrie | Hébergement : Oxeva

©Toutelatele.com - tous droits réservés - 1998/2020