Laurence Ferrari

vendredi 18 octobre 2002 à 00:00 |
TF1/DR

Avec sans doute l’un des plus beaux sourires actuellement à la télévision, Laurence Ferrari a réussi à garder une certaine fraîcheur, une grande sérénité et a su rester humble.

Ce n’est que très récemment qu’un grand nombre de téléspectateurs a pu découvrir Laurence Ferrari qui a réussi à se frayer un chemin toute seule dans le monde de la télévision sans nécessiter l’aide de son cher époux, Thomas Hugues, présentateur à TF1.

Pourtant, son parcours dans les médias est assez impressionnant, en passant de la presse écrite vers la radio, puis vers la télévision avant de se voir propulser vers des émissions destinées à un public plus large.

Après avoir obtenu un Bac D, Laurence Ferrari rejoint l’Ecole Française des Attachés de presse de Lyon.
Elle commencera sa carrière en tant que pigiste à l’Agence France Presse ainsi qu’au Figaro Magazine Rhône-Alpes en 1986. Elle rejoindra ensuite Europe 2 Lyon pour qui elle aura réalisé un certain nombre de reportages avant de se voir confier la présentation de flashs d’informations et de revues de presse.

Dotée d’un DESS de Communication Politique et Sociale, elle devient pigiste au service politique du Point et animera la chronique « Santé » dans l’émission d’acces prime-time de Michel Drucker sur France 2, Studio Gabriel. Elle continuera d’ailleurs de présenter pendant cette période la rubrique « Santé » sur Europe 1, cela de 1986 à 1997.

En 1997, elle devient pigiste au service politique de l’Express et chroniqueuse pour l’émission Mode 6 sur M6 avant de se faire une petite place dans l’équipe de Jean-Pierre Pernaut dans Combien ça coûte. Elle n’abandonne pas pour autant la radio et continue à animer des chroniques hebdomadaires sur France Info.

Fin 1997, Laurence Ferrari rejoint la chaîne d’information continue de TF1, LCI, pour y présenter les journaux du matin de 6H à 10H. Toujours sur cette chaîne, elle anime On en parle en 1999 aux côtés de Jean-François Rabilloud.

Laurence Ferrari commence alors à intégrer la grande équipe de TF1 et co-animera aux côtés de son mari, Thomas Hugues, La nuit du Millenium qui immortalise le passage à l’an 2000.
En 2000, elle co-animera et avec succès, toujours aux côtés de Thomas Hugues, un magazine politique hebdomadaire Sept à huit produit par Emmanuel Chain et qui semble s’être installé pour un moment dans la case horaire qui fut longtemps celle de l’émission feue 7 sur 7 d’Anne Sinclair.

Fidèle en amour comme à la télé, elle continue parallèlement à co-animer aux côtés de Jean-François Rabilloud Le Club LCI du lundi au vendredi de 20H45 à 22H00.

Depuis le 2 octobre 2001, elle se voit confier la présentation d’une émission de seconde partie de soirée, un mardi sur deux, Vis ma Vie produite par Jean-Luc Delarue. Un magazine qui réalise souvent les meilleures audiences de TF1 en night time.

Pour couronner le tout, Laurence Ferrari s’installe le temps d’un été 2002 dans le fauteuil de Claire Chazal pour présenter le Journal Télévisé du week-end sur TF1 et se paie même le luxe de réaliser les mêmes performances que sa consoeur partie en vacances, conjuguant sérieux et charme.

L’année 2002 aura vraiment été une année riche en expériences pour Laurence Ferrari, inconnue du grand public il y a quelques années. Son parcours est donc loin d’être terminé et l’on voit déjà en elle un successeur potentiel de Claire Chazal au 20 heures...

LAURENCE FERRARI   



ARTICLES LES + POPULAIRES

1 - Avis de recherche, Le Jeu de la vérité... les émissions cultes de Patrick Sabatier rediffusées pour la 1ere fois à la TV

2 - Tomer Sisley sur la fin de Balthazar sur TF1 : « Je n’aurais pas aimé faire la saison de trop »

3 - Frank Delay (2Be3) : pourquoi il a refusé de faire Danse avec les stars sur TF1


INTERVIEWS

# Dembo Camilo (Ici tout commence, TF1) : « Souleymane ne va pas retenter de récupérer Deva »

# Elsa Esnoult (Les mystères de l’amour, TMC) : « Fanny va pardonner John pour sa relation avec Gabriella »

# Frédérique (Les Reines de la route, 6ter) : « Je ne me suis pas amusée à me faire passer pour quelqu’un d’autre »