Motus : en famille et à la maison !

mercredi 26 octobre 2005 à 00:23 |
Lansay

MO-MO-MOTUS ! Ce rendez-vous quotidien de tous les fans de Thierry Beccaro fête ses 15 ans d’antenne. Des lettres, des chiffres, des boules noires, un chrono qui défile, des langues qui fourchent, une tirelire (...) bref une recette qui fait le bonheur de près de 900 000 adeptes des fins de matinées de France 2.

La première émission remonte très exactement au 25 juin 1990. Depuis lors et au fil des années, les mots à trouver sont passés de cinq à six, puis sept, huit et maintenant neuf lettres. Où s’arrêteront-ils ? Peut-être à 25 auquel cas les candidats devront savoir épeler « anticonstitutionnellement » en boucle...

Ce divertissement est une libre adaptation du célèbre jeu de société Mastermind sauf qu’en l’occurrence les candidats jouent avec des lettres et des mots et non des couleurs. Les fameuses boules noires viennent mettre à mal les tactiques avancées des candidats : mieux vaut les éviter lors de la pioche afin de remplir les grilles chiffrées. La « Super Partie », trois minutes de pression pour les deux candidats rescapés de la première manche, est la voie royale menant à la cagnotte du jour. Toutefois, un accroc de la part des candidats ou encore de trop longues hésitations et l’arbitre Beccaro pénalise sévèrement les fauteurs, les privant ainsi de tout gain.
Quelle frustration de ne pouvoir se torturer les méninges qu’à 11 heures devant la télé tous les matins ! Cette complainte des assidus de Motus a été entendue. Mieux qu’une fidèle réplique de son ancêtre Mastermind, Lansay fait la joie des inconditionnels du jeu télévisé en leur offrant la possibilité de jouer à Motus de chez eux, via une nouvelle édition du jeu de société éponyme.

À l’exception de Thierry Beccaro et de la tirelire garnie à souhait, tout est dans la boîte. Les grilles de chiffres, des ardoises pour inscrire les mots proposés et bien sûr, les boules noires ! Même un minuteur pour rappeler à l’ordre une fois que le temps imparti est écoulé est fourni. Rien n’est laissé au hasard pour que tout un chacun puisse reproduire de son salon une atmosphère telle celle de France 2.
Libre aux participants de désigner leur pseudo-Beccaro pour officier en tant que maître du jeu et arbitre de la partie ou bien de se livrer bataille face à face. Le choix du nombre de lettres par mot se fait également à la discrétion des joueurs, ainsi ils plancheront selon leur bon vouloir sur des termes de 5 à 9 lettres, fidèlement à l’émission. Le maître du jeu ne se lance pas à l’aveuglette aux commandes d’une partie puisqu’ il dispose d’un carnet répertoriant des mots à soumettre aux candidats.

À chaque proposition, le Beccaro d’un jour muni d’un marqueur peut gratifier une lettre d’un carré - synonyme bon emplacement - ou d’un rond, lorsqu’elle fait partie du mot recherché mais doit être déplacée. Pas de discussion entre les partenaires, ils doivent faire part de leurs étincelles chacun leur tour. 8 secondes, le chrono est intraitable, et 6 essais en tout pour découvrir le mot mystère, le cas échéant la main revient au camp adverse. Même chose s’ils hésitent, s’ils laissent passer une faute d’orthographe, si le mot « ne rentre pas dans les cases »...

50 points par mot trouvé, 100 points pour cinq jetons alignés sur la grille de chiffres et 100 points pour le dernier mot joué, l’équipe qui affiche le plus gros capital s’octroie une place pour la « Super Partie » : 5 minutes pour trouver 10 mots, à chacun de trouver sa motivation pour aller au bout ! Il suffit de « jouer le jeu » pour se plonger dans l’univers de Motus, tous les éléments sont fidèlement reproduits pour satisfaire les plus férus de ce casse-tête phare de France 2.




AUDIENCES TV PRIME TIME
Audiences TV Prime (vendredi 1er juillet 2022) : Catastrophe pour Stéréo Club (TF1) et Camille Combal, battu par Stéphane Plaza, Tropiques criminels leader

Audiences TV Prime (vendredi 1er juillet 2022) : Catastrophe pour Stéréo Club (TF1) et Camille Combal, battu par Stéphane Plaza, Tropiques criminels leader


INTERVIEW
Sophie Ferjani (Tout changer ou déménager) : « Avec Antoine Blandin, Stéphane Plaza était notre cible commune »

Sophie Ferjani (Tout changer ou déménager) : « Avec Antoine Blandin, Stéphane Plaza était notre cible commune »







Equipe - Publicité - Recrutement - Contact - Mentions légales

Audiences TV : Médiamat-Médiamétrie - tous droits réservés Médiamétrie | Hébergement : Oxeva

©Toutelatele.com - tous droits réservés - 1998/2022