Nicolas Sarkozy & Ségolène Royal : quelle télévision après l’élection ?

Publié le vendredi 4 mai 2007 à 00:55
par ,
Nicolas Sarkozy & Ségolène Royal : quelle télévision après l’élection ?
©C+/M.Bruno 

Nicolas Sarkozy
Candidat UMP

.
.

Ce n’est pas un secret de polichinelle, Nicolas Sarkozy est à l’aise avec les médias. Trop pour ses détracteurs, qui lui reprochent notamment d’être soutenu par les grands patrons de presse. Ses liens d’amitié avec Arnaud Lagardère et Martin Bouygues sont en effet de notoriété publique. De ce fait, la question de l’indépendance des médias revient fréquemment sur le devant de la scène : « J’observe qu’il existe des lois et des instances de contrôle qui limitent la concentration dans les médias et s’assurent de leur indépendance. Je tiens à préciser que jamais la législation sur les marchés publics n’a été aussi stricte et aussi vérifiée qu’aujourd’hui », expose le candidat de l’UMP dans un entretien accordé à l’hebdomadaire Le Point. Il s’inquiète par ailleurs de la menace qui pèse sur l’industrie des médias et la nécessité pour ces derniers de s’appuyer sur des grands groupes solides pour la structurer et la renforcer.
Nicolas Sarkozy ne compte donc pas modifier le gros du dispositif actuel, même s’il n’écarte pas des adaptations dans le futur.

En ce qui concerne une augmentation de la redevance audiovisuelle, l’ancien Ministre de l’Intérieur ne l’envisage pas, notamment en raison des prélèvements obligatoires qu’il juge trop nombreux : « Il y a trop de prélèvements obligatoires dans notre pays, et la redevance est une forme de prélèvements obligatoires. Je n’augmenterai pas les impôts. » argue le candidat dans une interview accordée au magazine L’express.

Nicolas Sarkozy propose davantage de pauses publicitaires pour améliorer le financement de l’audiovisuel public et soutenir l’effort de création. Il souhaite également une limitation, voire une interdiction, des publicités alimentaires sur les plages horaires des programmes jeunesse, pour lutter contre l’obésité.

Contrairement à Ségolène Royal qui est partisane d’un renforcement de coopération entre le CSA et l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep), le candidat de l’UMP ne croît pas nécessaire la fusion de ces deux organismes.

Quant au dispositif de la nouvelle chaîne internationale France 24, Nicolas Sarkozy se déclare favorable à un partenariat entre un groupe privé et celui public de France Télévisions. « Je pense qu’il est indispensable de faire travailler ensemble les professionnels concernés. Laissons à cette alliance inédite le temps de faire ses preuves. » relate t-il dans Le Point.



Ségolène Royal
Candidate PS

.
.

Quand TV Magazine l’interroge en février sur ses préférences télévisuelles, la candidate PS explique avoir moins de temps à consacrer au petit écran aujourd’hui, mais qu’elle aimait regarder la télé avec ses 4 enfants quand ils étaient plus jeunes, pour « contrôler ce qu’ils voyaient ».

Premier axe de ses propositions : la protection des enfants : « La violence et la pornographie s’immiscent de plus en plus aux heures de grande écoute », estime-t-elle. Aussi, elle propose que la télévision soit enseignée comme les maths à l’école : « Si je suis élue, j’imposerai des cours d’éducation à l’image à l’école. Il faut que les enfants apprennent à décortiquer le film des images, à développer leur esprit critique, à ne pas croire tout ce que dit la publicité. » Cette dernière doit être particulièrement encadrée, selon Ségolène Royal : « Il ne s’agit pas de créer plus de réglementation, mais plus de responsabilité des annonceurs et des diffuseurs, en établissant des chartes de déontologie en liaison avec les associations de consommateurs et les associations familiales. En revanche, s’agissant de la publicité à destination des enfants, il faut renforcer les protections, car l’enfant n’est pas un consommateur comme les autres » expose-t-elle dans un numéro spécial de CB News consacré au projet des candidats pour les médias.

Quid des chaînes du service public ? Dans un entretien accordé à L’Express, la représentante socialiste juge que « malgré les efforts consentis par France Télévisions pour rehausser la qualité de nombreuses émissions, le service public n’est pas un contrepoids satisfaisant aux chaînes commerciales. » Elle dit « avoir des attentes fortes à l’égard de la télévision publique. [...] Cela suppose que le service public puisse déconnecter choix d’antenne et contraintes d’audience pour prendre des risques éditoriaux ». Considérant qu’il est sous financé, elle n’envisage pas pour autant une hausse de la redevance, mais plutôt une taxation des recettes publicitaires des chaînes privées.

Ségolène Royal souhaite également revoir les orientations en matière d’audiovisuel extérieur public : « La situation actuelle est mauvaise. [...] notre politique souffre de maux bien connus : changements fréquents de stratégie, absence d’instance de pilotage, pluralité d’outils... La création précipitée de France 24 n’a fait qu’accroître la confusion, d’autant que le gouvernement a imposé un attelage improbable, qui fait qu’une chaîne presque entièrement financée par l’Etat est aussi « chapeautée » par TF1. Il convient donc de mettre de l’ordre et de fixer un cap. Je propose de procéder, dans les six mois qui suivront l’élection, à un audit de France 24 pour examiner les possibilités de rationalisation du dispositif d’ensemble : faisabilité d’une fusion France 24 / RFI, dont le principe est pertinent, recherche de la meilleure complémentarité avec TV5...

Enfin, la candidate veut remplacer le CSA, qu’elle juge trop partisan, par une Haute Autorité du pluralisme, au pouvoir renforcé, et dont les membres seront désignés par le Parlement à une majorité des 3/5 » : « En nommant l’ancien directeur du cabinet de Jean-Pierre Raffarin à la présidence du CSA, la droite a largement amoindri l’autorité de cette instance », dénonce-t-elle, à nouveau, dans L’Express.

  ON VOUS RECOMMANDE  


LE BUZZ TOUTELATELE


AUDIENCES TV PRIME TIME
Audiences TV prime (lundi 27 septembre 2021) : Une affaire française dévisse TF1, L’amour est dans le pré survole L’absente de France 2

Audiences TV prime (lundi 27 septembre 2021) : Une affaire française dévisse TF1, L’amour est dans le pré survole L’absente de France 2

AUDIENCES TV ACCESS
Audiences TV access (jeudi 23 septembre 2021) : Nagui déroute Ingrid Chauvin, TPMP au plus bas, C à vous sous le million

Audiences TV access (jeudi 23 septembre 2021) : Nagui déroute Ingrid Chauvin, TPMP au plus bas, C à vous sous le million


INTERVIEW
Paga (Les Marseillais, W9) : « Giuseppa est la femme de ma vie ! »

Paga (Les Marseillais, W9) : « Giuseppa est la femme de ma vie ! »






Equipe - Publicité - Recrutement - Contact - Mentions légales

Audiences TV : Médiamat-Médiamétrie - tous droits réservés Médiamétrie | Hébergement : Oxeva

©Toutelatele.com - tous droits réservés - 1998/2021