Profilage (saison 5) : « La première bible de la série disait que Chloé était schizophrène »

Publié le jeudi 27 novembre 2014 à 21:53
par
Profilage (saison 5) : « La première bible de la série disait que Chloé était schizophrène »
©BEAUBOURG AUDIOVISUEL / TF1 

Ce jeudi 27 novembre, TF1 a diffusé l’épisode 10 de la saison 5 de Profilage , intitulé « Jusqu’au bout de la nuit » , dont l’intrigue policière explorait les dérives violentes et meurtrières d’une société secrète pratiquant le libertinage. Le public a enfin pu savoir ce qui arrivait à Chloé Saint-Laurent (Odile Vuillemin). Depuis quelques semaines, l’héroïne subit des hallucinations, maux de tête et autres sautes d’humeur. L’apparition onirique de son père (Didier Merigou) a posé le diagnostic : Chloé est schizophrène.

Par ailleurs, Hyppolite (Raphaël Ferret) a fait connaissance, malgré lui, avec « Nounours », l’ex-compagnon énervé de Jessica. Ces séquences de comédie allègent une intrigue très dramatique au cours de laquelle Chloé infiltre une soirée de libertinage grâce à Vincent Delahaye (Ron Reznik). Ce ticket d’entrée coûte très cher au riche industriel puisque son empire s’effondre. Enfin, Roze (Éric Berger) est heureux d’annoncer à Rocher (Philippe Bas) que son codétenu est mort...

Rencontre avec les créatrices de Profilage pour en savoir plus sur ce 10e épisode

Claire Varin : En voyant l’épisode, on pense à Eyes Wide Shut...

Fanny Robert : Eyes Wide Shut est une des références, évidemment. Et c’est aussi tous les films de sociétés secrètes qui sont presque un genre en soi.

Ce genre de séquences est-il compliqué à tourner ?

Sophie Lebarbier : Ca a été beaucoup de travail en amont. Il y a eu plus de deux mois de travail sur la conception des masques. Il fallait les mouler et les décorer en résonance avec l’histoire. Et après, il s’agissait de savoir comment doser le côté dénudé des scènes. Comment on allait habiller Chloé, par exemple. Elle y va, elle se mélange à des prostituées de luxe, donc, évidemment, elle ne pouvait pas être en imper et foulard. Et en même temps, on ne pouvait pas non plus la mettre complètement nue.

La schizophrénie de Chloé a-t-elle été pensée depuis longtemps ?

Fanny Robert  : On a toujours eu ça en tête. La première bible de Profilage disait que Chloé était schizophrène. C’était sa caractérisation de base. C’était trop violent dans une première saison. On s’est dit qu’on allait s’amuser, tourner autour de ça sans mettre un nom sur sa bizarrerie, son étrangeté. C’était dans la conception même du personnage.

La révélation de sa schizophrénie dans cet épisode peut-elle être perçue comme une forme de réconciliation avec son père ?

Sophie Lebarbier : C’est, en tout cas, une forme d’acceptation. Arriver à prononcer cette phrase : “Je suis en train de devenir schizophrène", c’est arrivé à accepter la maladie de son père. Alors, elle sait depuis la fin de la saison précédente qu’il n’a pas tué sa mère, mais oui, il y a un lien qui se fait entre les deux.

La séquence émouvante à l’hôpital où la jeune femme meurt presque sous les yeux de sa fille peut-elle être mise en parallèle avec la relation entre Chloé et Lili ?

Sophie Lebarbier  : Oui, ça renvoie à toutes les peurs de Chloé. Et c’est, sans doute, la principale raison pour laquelle elle ne prend pas la mesure de ses problèmes. Elle ne se soigne pas, elle n’arrive pas à s’avouer ce dont elle souffre... Elle ne veut pas qu’on lui prenne sa fille.

En créant le personnage de Vincent, aviez-vous anticipé sa sortie, qui se fait de manière un peu violente ("Vous êtes la pire chose qui me soit arrivé”) ?

Sophie Lebarbier : Non. Ça fait partie de la vie d’une saison en cours. On le crée avec des idées, des envies et puis, en fonction de ce que l’on voit dans les films, de comment ça marche sur le plateau, ce qu’il dégage, ce qu’il nous inspire en jouant, on va aller dans cette direction plutôt que dans celle-là… On avait imaginé un personnage beaucoup moins ambivalent avec une vraie love story pour Chloé et lui. On aimait bien son ambivalence - ce visage un peu poupon et innocent, mais chez un killer du monde des affaires - et on a préféré rester sur cette dimension-là plutôt que de forcer une romance à laquelle on ne croyait plus trop.

Les décryptages des épisodes précédents

Episode 9 Episode 8 Episode 7 Episode 6 Episode 5 Episode 4 Episode 3 Episode 2 Episode 1
TF1   SERIES TV   PROFILAGE  



AUDIENCES TV PRIME TIME
Audiences TV Prime (mercredi 19 janvier 2022) : The Undoing s’achève en hausse pour TF1, Qui veut être mon associé (M6) puissant sur cibles, bon début pour L’amour presque parfait

Audiences TV Prime (mercredi 19 janvier 2022) : The Undoing s’achève en hausse pour TF1, Qui veut être mon associé (M6) puissant sur cibles, bon début pour L’amour presque parfait


INTERVIEW
Manon éliminée de N’oubliez pas les paroles (France 2) : « C’est un vrai marathon psychologique et physique »

Manon éliminée de N’oubliez pas les paroles (France 2) : « C’est un vrai marathon psychologique et physique »







Equipe - Publicité - Recrutement - Contact - Mentions légales

Audiences TV : Médiamat-Médiamétrie - tous droits réservés Médiamétrie | Hébergement : Oxeva

©Toutelatele.com - tous droits réservés - 1998/2022