Samir Boitard (OPJ, saison 2) : « Marcus ressemble un peu à Nicky Larson sans ce côté dragueur »

Ce jeudi 1er juillet 2021, OPJ débarque -dès 21h05- sur France 3 après une première saison diffusée par France Ô. Pour l’occasion, la série réunionnaise accueille Olivier Marchal et Samir Boitard (Engrenages).

Publié le jeudi 1er juillet 2021 à 18:49
par
Samir Boitard (OPJ, saison 2) : « Marcus ressemble un peu à Nicky Larson sans ce côté dragueur »
©Renan Lechat / FTV / Terence Films 

Joshua Daguenet : Connaissiez-vous la série OPJ lors de sa diffusion sur France Ô ?

Samir Boitard : Pas du tout. J’ai regardé quelques épisodes quand on me l’a proposée et j’ai ensuite rencontré le producteur. J’ai eu une belle accroche sur l’écriture.

Près de dix ans après votre départ d’Engrenages et de nombreux rôles dans des fictions policières, pourquoi avoir accepté de rejoindre O.P.J dans un registre que vous connaissez bien ?

J’ai accepté, car Marcus n’était pas qu’un flic, mais un vrai personnage développé dans l’écriture et j’ai pu l’enrichir en tant qu’acteur. J’ai beaucoup aimé défendre ce personnage, il a une ligne d’humour et de distance qui le caractérisent avec les événements et les gens. Je le compare un peu à Nicky Larson sans ce côté dragueur. J’ai pu improviser et m’amuser à pas mal de moments. Ce n’est pas tant ce côté flic qui m’a intéressé, hormis sur le terrain. Mon expérience dans Engrenages s’étant refermée il y a dix ans, j’ai vieilli dans mon physique et dans ma vision.

À plusieurs reprises, votre personnage apparaît comme la tête pensante du groupe. Vous êtes-vous inspiré de réelles astuces d’enquêteurs ?

En général, je m’inspire de ce que je vois quand je regarde des films. Il faut toujours suivre le travail des autres. J’ai amené ma personnalité en appuyant sur le côté relâché, un petit sourire aux lèvres. Comme pour l’exercice du one-man-show, j’ai senti ce qui marchait sur le plateau.

« J’ai amené ma personnalité en appuyant sur le côté relâché, un petit sourire aux lèvres »

Sur le tournage, quel a été l’apport d’Olivier Marchal, ancien flic expérimenté et réalisateur aguerri de films policiers ?

L’apport d’Olivier Marchal s’est retrouvé à travers cette expérience, ce charisme et sa sensibilité. C’est quelqu’un de très généreux. L’homme et tout ce qu’il a vécu ont fait ce qu’il est aujourd’hui.

Entre l’écriture du personnage d’Olivier Marchal, l’agression de Clarissa et les conclusions de Marcus, le scénario s’est voulu nuancé et équilibré sur de possibles raccourcis pro ou anti-police...

C’est ce qui est intéressant. Il faut mettre tout sur la table et ne pas aller directement sur le terrain du racisme ou de l’agression anti-flic. On se rappelle du fameux «  Omar m’a tuer  » et de la conclusion « C’est Omar »... Toute la difficulté de la police est d’aller chercher, comprendre, fouiller dans les détails. Dans l’écriture, les scénaristes ont veillé à cet équilibre, et nous, acteurs, devions jouer de sorte à ne pas avoir d’un côté les méchants, et de l’autre, les gentils.

« Olivier Marchal fait partie de ces grands acteurs qui savent renverser une situation en jouant une scène à contre-pied »

Le dénouement est assez surprenant, eu égard aux thèmes abordés par la fiction. Comment interpréter cette dernière scène dans laquelle le personnage d’Olivier Marchal répète « Je suis un bon flic » en dépit des circonstances ?

Pour moi, c’est le Parrain 4. Cette scène sort du double épisode. Il aurait pu jouer ce dénouement en force, mais il a choisi la finesse. Il fait partie de ces grands acteurs qui savent renverser une situation en jouant une scène à contre-pied. Son personnage s’est laissé déborder par sa vie, ses problèmes personnels, d’honneur, de dignité…

Après ce prime, de nombreuses enquêtes sont au programme. Alex Marcus sera-t-il au rendez-vous ?

Il y a eu une superbe collaboration avec la production, la chaîne, les acteurs, les techniciens... cette expérience a été du 100% kiff, alors, pourquoi pas, rien n’est fermé. Mon personnage existe, il n’est pas mort. Il y aura surement une ouverture si l’écriture a du sens dans la continuité du personnage et de ce qu’il peut défendre. Mais pour la saison 3, Marcus ne sera pas là.

  ON VOUS RECOMMANDE  

FRANCE 3   SERIES TV  

LE BUZZ TOUTELATELE


AUDIENCES TV PRIME TIME
Audiences TV Prime (dimanche 26 septembre 2021) : Sully et TF1 battent L’école buissonnière, Capital et M6 au top sur la cible commerciale

Audiences TV Prime (dimanche 26 septembre 2021) : Sully et TF1 battent L’école buissonnière, Capital et M6 au top sur la cible commerciale

AUDIENCES TV ACCESS
Audiences TV access (jeudi 23 septembre 2021) : Nagui déroute Ingrid Chauvin, TPMP au plus bas, C à vous sous le million

Audiences TV access (jeudi 23 septembre 2021) : Nagui déroute Ingrid Chauvin, TPMP au plus bas, C à vous sous le million


INTERVIEW
Frank Delay (Les Mystères de l’amour) : « Ingrid va jouer avec Pierre... et il va exécuter tout ce qu’elle veut »

Frank Delay (Les Mystères de l’amour) : « Ingrid va jouer avec Pierre... et il va exécuter tout ce qu’elle veut »






Equipe - Publicité - Recrutement - Contact - Mentions légales

Audiences TV : Médiamat-Médiamétrie - tous droits réservés Médiamétrie | Hébergement : Oxeva

©Toutelatele.com - tous droits réservés - 1998/2021