dimanche 24 novembre 2019 à 18:49 par

Charlotte Valandrey (Demain nous appartient) : « Je pense qu’il faut que ça s’arrête ! »

Depuis l’été 2017, Charlotte Valandrey est à l’affiche de Demain nous appartient sur TF1. Alors que de nombreux fans regrettent de ne pas assez voir son personnage à l’écran, elle se confie sur le sort réservé par les scénaristes à Laurence Moiret. La comédienne évoque également ses projets.

Charlotte Valandrey (Demain nous appartient) : « Je pense qu’il faut que ça s’arrête ! »
©Capture TF1  

Benoît Mandin : Comment êtes-vous arrivée dans Demain nous appartient ?

Charlotte Valandrey : Le premier producteur a pensé à moi. J’ai été séduite à l’idée de signer mon grand retour sur le petit écran après quinze ans où je n’avais pas joué. On m’a directement proposé le rôle de Laurence Moiret. Le fait qu’elle soit juge me correspondait. J’ai trouvé aussi intéressant qu’elle soit homosexuelle. Je joue ce personnage de la manière la plus sincère dès que j’ai des choses à tourner.

Avez-vous eu des appréhensions ?

Cela a été un réel plaisir d’intégrer cette série. TF1 représente beaucoup pour moi puisque c’est elle qui a fait Les Cordier juge et flic (série où elle a incarné la fille de fiction de Pierre Mondy entre 1994 et 2003, ndlr). Bien que j’ai écrit des livres, j’ai traversé une grande traversée du désert…

Entre sa rupture avec Sandrine, la mort de Lola et plus récemment un AVC, Laurence n’est pas épargnée par les scénaristes de Demain nous appartient. Comment le vivez-vous ?

Il se trouve que c’est un peu trop… Je pense qu’il faut que ça s’arrête ! J’aimerais que Laurence retrouve un travail. Vu qu’elle ne peut plus être juge, je ne sais pas dans quel registre ça pourrait s’inscrire. J’imagine qu’elle pourrait devenir détective privée, qu’elle soit un couple avec un homme ou une femme et qu’elle ait plus d’amis dans cette série. Je trouve que Laurence est assez isolée. J’espère simplement qu’elle se développe. Bien qu’on peut toujours émettre des propositions, elles ne sont pas toujours entendues.

Comment avez-vous réagi lorsque vous a annoncé que Laurence allait être en prison suite à un homicide involontaire contre Lola ?

Quand il y a un choix, on ne se sait pas du tout comment ça va être traité. J’étais contente qu’il lui arrive quelque chose. C’était la première fois qu’elle vivait un fait important. Je pensais que ça serait une juge qui irait sur le terrain et qu’elle serait un peu plus impliquée. Elle a eu plus un côté officiel. Pour moi, ce drame ouvrait les portes à d’autres aventures. Quand Laurence était en prison, j’ai eu plein de choses à jouer. J’ai trouvé ça très intéressant, car je suis aussi dramaturge dans la vie. Une fois qu’elle a été en prison, il y a eu une impasse... J’ai bien compris que ça n’allait pas être simple. Jusqu’au procès et l’AVC, Laurence a été beaucoup moins présente.

« J’ai envie de faire autre chose »

Victor ne cesse de multiplier les attaques pour faire craquer Laurence. Acculée, elle finit par révéler la vérité. Quelles vont être ses ressources ?

Elle va essayer de se défendre. A un moment donné, soit elle se suicidait, soit elle décidait de se battre. Victor va continuer à la persécuter, mais un événement inattendu va se produire...

Estimez-vous que Laurence a vraiment tourné la page de son histoire avec Sandrine ?

Si Sandrine lui disait qu’ils vont reconstruire quelque chose ensemble, elle dirait oui. Dans la vie, j’ai vécu tellement de choses que dans la position actuelle du personnage, ce serait difficile de croire à un coup de foudre. Quand on vit des événements comme ceux traversés par Laurence, on n’a plus confiance en soi et on ne s’aime pas. Et dans ce cas, c’est difficile d’aimer les autres. La seule façon d’exister dans une série comme Demain nous appartient est d’être en couple et dans une famille. Laurence ne va pas pouvoir rester isolée indéfiniment… Ça ne pourra pas durer éternellement, j’en ai bien conscience. Les choix pris pour Laurence m’ont fait peur, mais maintenant ce n’est plus le cas.

Avez-vous des indications sur l’avenir de Laurence ?

Pas du tout. Demain nous appartient est une aventure que je prends comme une porte d’entrée à quelque chose. Cela montre que je suis là, que je suis assurable et ça m’a prouvé que j’aimais toujours mon métier. Pour moi, ça signe le début d’un nouveau départ. J’ai envie de faire autre chose.

Parallèlement à Demain nous appartient, avez-vous d’autres projets ?

Je suis en tournée avec la pièce de théâtre « Station Bonne Nouvelle » avec Christian Vadim. C’est une comédie romantique et les gens adorent. On a de très bons retours sur Paris. En parallèle, je continue mon projet musical, car je rêve de chanter depuis l’âge de 15 ans. Cela fait deux ans que j’ai commencé. J’ai rencontré des compositeurs et paroliers. C’est très chic et pop ce qu’on fait. À coups de concerts, j’avance petit à petit. Je vais lancer un projet pour sortir mon album au printemps.

Demain nous appartient : Jules passe aux aveux, Noor quitte Sète



  A LIRE AUSSI  
¤ Demain nous appartient (spoiler) : résumés en avance des épisodes du 25 au 29 novembre 2019 sur TF1

¤ Demain nous appartient (spoiler) : la vérité pour Chloé dévoilée, retour d’André... semaine tendue sur TF1


TF1   SERIES TV   DEMAIN NOUS APPARTIENT  




- Demain nous appartient, du lundi au vendredi à 19h20 sur TF1






LE BUZZ TOUTELATELE


AUDIENCES TV PRIME TIME


Audiences TV Prime (mercredi 4 décembre 2019) : Prise au piège, New Amsterdam, Nina... quelle série s’est imposée ?

AUDIENCES TV ACCESS


Audiences TV Access (mercredi 4 décembre 2019) : Demain nous appartient et N’oubliez pas les paroles haussent le ton, Objectif top chef en pleine bourre


INTERVIEW


Eric Revel (Face à l’info / Balance ton post) : « La joute intellectuelle avec Eric Zemmour m’intéressait »

ON VOUS RECOMMANDE





Equipe - Publicité - Recrutement - Contact - Mentions légales

Audiences TV : Médiamat-Médiamétrie - tous droits réservés Médiamétrie | Hébergement : Oxeva

©Toutelatele.com - tous droits réservés - 1998/2019