Michel Drucker : « Pourquoi j’ai voulu faire mes adieux à France 2 »

lundi 22 octobre 2018 à 17:18 |
Capture France 2

Dès son arrivée à la tête de France Télévisions, Delphine Ernotte a souhaité apporter une marque de jeunisme. Le groupe audiovisuel s’est successivement séparé de ses visages historiques : Julien Lepers, David Pujadas, Georges Pernoud, Patrick Sabatier, William Leymergie, Henri Sannier... Alors que Patrick Sébastien a rejoint cette longue liste puisque son contrat ne sera pas renouvelé à la rentrée 2019, Michel Drucker continue de faire de la résistance.

Un retour timide

Deux ans après avoir en avoir été privé, l’animateur a vu son Vivement dimanche signer son grand retour à la rentrée sur France 2. Tandis que Les enfants de la télé de Laurent Ruquier ont été propulsés en access prime time suite à l’échec de 19h le dimanche de Laurent Delahousse, Michel Drucker a repris le chemin de l’après-midi dominical de la Deux. Pour l’heure, le retour du célèbre canapé rouge affiche un bilan d’audience en demi-teinte. En moyenne, les sept numéros, programmés entre les dimanches 3 septembre et 21 octobre, ont séduit 976.000 téléspectateurs (9.2% du public) pour Vivement dimanche et 872.000 fidèles (9.3% du public) pour Vivement dimanche prochain. L’émission doit sa meilleure performance de la saison à un hommage à Charles Aznavour, suivi par 1.32 million de Français, soit 11.2% du public, le dimanche 7 octobre.

« Je passe de 55 minutes à 2h15 ! »

Dans un entretien accordé à Télé Loisirs, celui qui est actuellement en promotion d’un livre sur le jeunisme est revenu sur l’événement qui a fait évoluer sa philosophie de vie. « En 2015, ma direction m’a dit qu’il fallait ’rajeunir la marque’, cela m’a flanqué un coup. Je suis retourné au bureau, je me suis regardé dans la glace : ‘la marque’, c’était moi. Je trouvais que je ne faisais pas mon âge, et pourtant j’ai vu partir tellement d’animateurs appréciés du public que j’ai cru que mon tour arrivait », a-t-il expliqué, tout en soulignant avoir culpabilisé d’avoir pris la place de Jacques Martin. « Il n’avait que 65 ans lorsqu’il a dû arrêter la télé et ne s’en est jamais remis », a ajouté l’animateur qui ne regrette pas d’avoir quitté la case stratégique de l’access prime time. « Il y a eu une hémorragie d’audience (...) Je passe de 55 minutes à 2h15 ! », a-t-il précisé.

Des adieux avortés

Michel Drucker a ensuite confessé avoir failli faire ses adieux au public à la fin de la saison dernière lors de la venue de François Hollande. « Je trouvais symbolique de faire mes adieux sans avoir prévenu personne.... Et puis, j’ai pensé à mon frère Jean qui me conseillait toujours de ne jamais réagir à chaud », a-t-il indiqué. Le présentateur emblématique de Champs-Elysées a profité de l’entretien pour annoncer que son spectacle, baptisé « Jouer seul... avec vous » et où il revient sur son parcours dans le monde audiovisuel, serait prochainement diffusé sur France 2. Tout en n’excluant pas une possible reconversion, il a confié préparer un second one-man-show et a réfuté l’idée d’un départ de la l’antenne.

FRANCE 2   DIVERTISSEMENT   REVUE DE PRESSE   VIVEMENT DIMANCHE  


ARTICLES LES + POPULAIRES

1 - Jessica Thivenin (Les apprentis aventuriers, finale, W9) : « Être obligée de faire des coups tordus est très dur... »

2 - C’est Canteloup : la dernière apparition d’Alessandra Sublet sur TF1, sa passion secrète finalement dévoilée

3 - La 7ème Compagnie (TF1) : comment Chaudard, Pitivier et Tassin vont arriver dans une série sur Netflix avec Sébastien Thoen et Jonathan Cohen ?


INTERVIEWS

# Exclu - Jean-Luc Azoulay : « Je n’ai aucune inquiétude sur l’avenir des Mystères de l’amour »

# Sophie Ferjani (Tout changer ou déménager) : « Avec Antoine Blandin, Stéphane Plaza était notre cible commune »

# Jazz et Laurent Correia : « Un membre de la JLC Family, auquel personne ne s’attend, va nous quitter »







Equipe - Publicité - Recrutement - Contact - Mentions légales

Audiences TV : Médiamat-Médiamétrie - tous droits réservés Médiamétrie | Hébergement : Oxeva

©Toutelatele.com - tous droits réservés - 1998/2022