Thomas Misrachi (Le Live BFM) : « Il y a un réflexe BFMTV et on va tout faire pour qu’il perdure »

Thomas Misrachi, animateur du Live BFM entre 9h00 et 12h00 sur BFMTV, se confie sur les conséquences de la crise sanitaire sur ses conditions de travail. Le journaliste évoque le traitement du Covid-19 par le canal 15 de la TNT et aborde la phase du déconfinement.

Publié le mercredi 6 mai 2020 à 16:18
par
Thomas Misrachi (Le Live BFM) : « Il y a un réflexe BFMTV et on va tout faire pour qu’il perdure »
©Capture BFMTV  

Benoît Mandin : Comment avez-vous appréhendé l’instauration du confinement ?

Thomas Miraschi : Tout s’est passé assez rapidement. On a réagi collectivement et assez efficacement avec les équipes de BFMTV. Sur l’aspect pratique, on a eu accès à des masques et du gel hydroalcoolique. Les plateaux ont été réorganisés et on a eu recours à des micros individuels. Cela nous a permis de travailler dans les meilleures conditions. L’antenne a basculé en édition spéciale. On a rapidement compris que l’on était dans une crise inédite. Celle-ci allait monopoliser 100% de notre antenne. Le plus compliqué a été de gérer le flux d’informations.

Quels changements ont provoqué cette crise sanitaire dans votre organisation ?

On n’a pas connu de crise sanitaire comme ça depuis au moins un siècle en France. Cela nous a tous dépassés. Il fallait être présent pour assurer ce rendez-vous du mieux possible. Que ça soit des guerres, épidémies, drames, bonheurs ou grands événements, c’est notre métier de journaliste de s’adapter. En plateau, on a mis en place des gestes barrières et on a diminué les équipes. On a changé nos horaires et plannings. Le pôle police-justice est devenu un service dédié au Covid-19. BFMTV a écouté ses téléspectateurs, ce qui a conduit au développement de chroniques de réponses à leurs interrogations. Cela nous a été aussi très utile, car on s’est davantage rapproché de leurs préoccupations. Cela a été un axe très fort pour la ligne éditoriale du Live BFM. 

Comment avez-vous imaginé l’offre que vous alliez apporter aux Français chaque matin entre 9 heures et midi ?

Malgré la gravité de cette crise, il faut reconnaître que c’est terriblement passionnant à couvrir sur le plan journalistique. Il se passe tellement de choses dans Le Live BFM qu’on les découvre pratiquement en direct avec les téléspectateurs. Côté intellectuel, cela a été incroyablement motivant. On est tous devenus des mini-experts en épidémiologie, médecine, réanimation... Quelle que soit leur spécialité, on a parlé avec des gens qui étaient en train de sauver la France. Depuis le début de cette crise, tous les jours, je ressors de mon plateau en me disant que j’ai appris quelque chose notamment sur la nature humaine. Je n’ai jamais connu une expérience pareille.

« Malgré la gravité de cette crise, il faut reconnaître que c’est terriblement passionnant à couvrir sur le plan journalistique »

Face à la multiplication d’éditions spéciales autour du Coronavirus, comment avez-vous réussi à vous différencier ?

Je ne sais pas ce que fait la concurrence entre 9 heures et midi. Je ne résonne pas en matière d’être différent des autres. Je me demande plutôt ce que je peux apporter aux téléspectateurs en termes de qualité. L’idée est d’être au rendez-vous en informant afin d’aider le public et l’accompagner. Le conducteur est établi la veille et il est généralement chamboulé trente minutes avant la prise d’antenne. Dans Le Live BFM, on essaie de coller au direct le plus possible. En cette crise sanitaire, l’objectif était d’amener un maximum de services aux téléspectateurs.

En avril, Le Live BFM a réuni une moyenne de 607.000 téléspectateurs, soit 10% de l’ensemble du public. Comment analysez-vous ce succès sans cesse grandissant ?

J’espère qu’on a été au rendez-vous. Le public avait besoin d’être informé pour eux-mêmes. On a parlé des Français aux Français en mars et avril. Je pense que cela a fait la différence. Le Live BFM a été un repère puisqu’on a parlé aux téléspectateurs en répondant à leurs interrogations. Nous avons été stupéfaits du nombre de questions reçues. Il y avait un besoin de connaissance, de savoir et d’information. Quoi qu’il arrive, il faut rester humble, car le succès d’un jour n’est pas forcément celui du lendemain.

Estimez-vous qu’il y a vraiment un réflexe BFMTV ?

Effectivement, il y a un réflexe BFMTV et on va tout faire pour qu’il perdure. L’objectif est qu’à chaque grosse actualité, le public revient chez nous. BFMTV sait traiter ce type d’information. On ne peut l’entretenir que si l’on est au rendez-vous avec un travail fait correctement. Bien qu’elle ne soit plus aussi petite qu’à ses débuts en 2005, on a toujours l’impression d’être dans une start-up. Des personnes comme Ruth Elkrief sont là depuis la création. Même si maintenant on a quelques stars, on se doit de rester vigilant. La concurrence propose des produits de très bonne qualité. Si l’offre ne leur convient pas, les téléspectateurs ne mettent pas longtemps à aller voir ailleurs. Le jour où on l’oublie, on est mort...

« L’objectif était d’amener un maximum de services aux téléspectateurs »

Comment arrivez-vous à vous préserver d’informations anxiogènes ?

Franchement, c’est dur pour toutes les équipes techniques et les journalistes présents à l’antenne ou dans l’ombre. On se protège comme on peut. Certains y arrivent, d’autres non. Nous sommes régulièrement exposés à des choses difficiles : attentats, guerres... Parfois, vous rentrez chez vous le soir avec la boule au ventre et la gorge nouée. Vous parlez de gens qui meurent, souffrent toute la journée, tout en relayant des incertitudes et mauvaises nouvelles... Bien que ce soit désagréable, nous avons un métier de passion. Il n’est pas tendre avec les cœurs et les âmes. Pendant de grosses périodes de guerres, j’ai vu des journalistes qui se sont brûlé les ailes et ont mis des mois ou des années à s’en remettre... On doit se protéger tout en gardant une part d’humanité afin de pouvoir raconter les histoires et poser les bonnes questions.

Le déconfinement est planifié pour le lundi 11 mai. Quels changements sont à prévoir pour Le Live BFM ?

Il n’y aura pas de réels changements. On continue de fournir de l’information. J’ai eu la possibilité de m’arrêter quelques semaines pendant le confinement. J’ai repris mon rythme normal et je vais continuer jusqu’aux vacances d’été si celles-ci sont maintenues. On va ouvrir un nouveau chapitre de cette crise sanitaire. On va raconter ce « sas de déconfinement » jusqu’au 2 juin. On va voir comment ça se passe et les problèmes qui vont se poser. Dans les jours et les semaines à venir, l’histoire n’est pas terminée et elle va même s’accélérer. Bien que ça va être passionnant à raconter, on espère que cette histoire se termine bien.

  ON VOUS RECOMMANDE  

BFM TV   INFORMATION  

LE BUZZ TOUTELATELE


AUDIENCES TV PRIME TIME
Audiences TV prime (vendredi 5 juin 2020) : finale record pour Koh-Lanta, Candice Renoir écrase 300 choeurs et NCIS

Audiences TV prime (vendredi 5 juin 2020) : finale record pour Koh-Lanta, Candice Renoir écrase 300 choeurs et NCIS

AUDIENCES TV ACCESS
Audiences TV access (vendredi 5 juin 2020) : N’oubliez pas les paroles leader face à QVGDM, Tous en cuisine faible, C à vous et Quotidien au top

Audiences TV access (vendredi 5 juin 2020) : N’oubliez pas les paroles leader face à QVGDM, Tous en cuisine faible, C à vous et Quotidien au top


INTERVIEW
Jean-Baptiste Sagory (Les Mystères de l’amour, saison 23) : « Sylvain va inventer une histoire de drogue pour éloigner Alex de Fanny »

Jean-Baptiste Sagory (Les Mystères de l’amour, saison 23) : « Sylvain va inventer une histoire de drogue pour éloigner Alex de Fanny »






Equipe - Publicité - Recrutement - Contact - Mentions légales

Audiences TV : Médiamat-Médiamétrie - tous droits réservés Médiamétrie | Hébergement : Oxeva

©Toutelatele.com - tous droits réservés - 1998/2020